Réforme des retraites : "Le blocage est de la responsabilité" du gouvernement, lance Marylise Léon, numéro deux de la CFDT

Reçu à Matignon par la Première ministre avec l'intersyndicale, Marylise Léon, numéro de deux de la CFDT dénonce l'attitude du gouvernement et son refus de retirer la réforme des retraites.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT, était samedi 11 mars l’invitée du 8h30 franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Le blocage est bien de la responsabilité" du gouvernement, lance mercredi 5 avril sur franceinfo Marylise Léon, numéro deux de la CFDT, après la réunion entre la Première ministre Elisabeth Borne et l'intersyndicale. Marylise Léon évoque une rencontre "tout à fait courtoise", mais dénonce l'attitude de la Première ministre, qui refuse de retirer la réforme. "On est dans une situation de blocage, toutes les portes se ferment les unes après les autres", se désole la syndicaliste.

>> EDITO. Réforme des retraites : une rencontre plus symbolique qu'efficace entre Elisabeth Borne et l'intersyndicale

Marylise Léon affirme que la CFDT a une nouvelle fois proposé lors de cette réunion à Matignon une médiation pour sortir de cette crise, mais n'a "pas eu de réponse". La numéro deux de la CFDT explique que l'exécutif était plutôt d'avis à tourner la page de la réforme, à la veille d'une onzième journée de mobilisation. "Le gouvernement voulait nous faire aller sur une séquence d'après retraite, en disant que des sujets intéressent les travailleurs comme l'usure professionnelle, les salaires", ajoute Marylise Léon.

Elle "ne nie pas que ce sont des sujets importants", mais considère que "ce n'est pas le moment d'en parler". Après l'échec de cette réunion avec la Première ministre, Marylise Léon donne "rendez-vous demain" afin que le gouvernement "voit et entende encore l'ensemble de ce monde du travail qui s'exprime contre la réforme".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.