Réforme des retraites : l'exécutif est-il prêt à faire des concessions ?

Le gouvernement annoncera mercredi 11 décembre l'intégralité des mesures pour la réforme des retraites. Si le Premier ministre a dit qu'il ne lâcherait pas sur le point des régimes spéciaux, il serait prêt à quelques concessions.

FRANCE 2

Pour désamorcer le conflit et tendre une main vers les syndicats pour que la grève de ces derniers jours s'arrête, quelles concessions peut faire le gouvernement ? L'exécutif peut reculer l'âge de mise en place de la réforme. Ainsi, ce serait la génération 1973 voire 1978, selon certains syndicats, qui serait concernée la première par la réforme. Une transition plus longue évoquée par le Premier ministre vendredi 6 décembre. Pour la CGT, hors de question d'appliquer la réforme ni aujourd'hui ni demain. "Nous n'avons pas l'habitude de sacrifier les générations futures, en ce qui concerne la CGT. Ce n'est pas notre revendication", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général CGT des cheminots.

Revalorisations

Autre concession possible, des aménagements de carrière pour les perdants de la réforme comme les enseignants, dont le revenu va augmenter selon le gouvernement qui prévoit une enveloppe de 400 millions à 500 millions d'euros. Certains syndicats demandent des revalorisations plus larges : "On demande qu'il y ait des revalorisations pour ceux qui seront impactés durablement par cette réforme. Il y a les enseignants, mais aussi des fonctionnaires de catégorie C de la territoriale", propose Laurent Escure, secrétaire général de l'Unsa. Le gouvernement a exclu le recul de l'âge de départ. Mais le débat sur l'âge pivot est toujours ouvert.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants défilent contre la réforme des retraites, le 5 décembre 2019 à Paris.
Des manifestants défilent contre la réforme des retraites, le 5 décembre 2019 à Paris. (SEVERINE CARREAU / HANS LUCAS / AFP)