Réforme des retraites : ce qu'il faut retenir des annonces d'Édouard Philippe

On sait désormais, après le discours d'Édouard Philippe sur la réforme des retraites, mercredi 11 décembre, vers quel système le gouvernement veut aller. Qui est concerné ? Y a-t-il eu des concessions de faites, des nouveautés ?

FRANCE 3

Au cœur de la future réforme, une question centrale : qui sera concerné ? La transition se ferait en trois étapes : dès 2022, les nouveaux entrants sur le marché du travail cotiseraient directement au régime universel. Puis, en 2025, c'est la génération née en 1975 qui basculerait, une classe d'âge qui pourra partir à la retraite dès 2037. Pour les régimes spéciaux, il y aurait dix ans de délai, ce qui ferait de la génération 1985 la première à entrer dans le système de retraite à points.

Un minimum retraite à 1 000 euros par mois ?

Autre annonce : Édouard Philippe veut inciter à travailler plus longtemps. L'âge légal de départ restera bien 62 ans, mais pour percevoir une retraite à taux plein, l'âge pivot se situera à 64 ans. Les Français qui voudront partir avant subiront un malus. À l'inverse, il y aura un bonus pour ceux qui continueront après 64 ans. Pour les retraités les plus modestes, la pension minimum serait revalorisée. Dès 2022, les retraités qui auront cotisé une carrière complète percevront 1 000 euros net par mois. Une mesure principalement destinée aux agriculteurs et aux artisans et commerçants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Edouard Philippe, le 11 décembre 2019, à Paris. 
Edouard Philippe, le 11 décembre 2019, à Paris.  (THOMAS SAMSON / AFP)