Cet article date de plus d'un an.

Mobilisation contre la réforme des retraites : la police évacue l'université de Bordeaux-Victoire, occupée depuis dix jours

80 CRS ont été mobilisés pour l'opération d'évacuation qui a débuté au petit jour et s'est déroulée "dans le calme, sans heurt ni usage de la force", selon les autorités.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Gironde
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'opération d'évacuation du campus de l'université de Bordeaux-Victoire à l'aube vendredi 31 mars 2023 a mobilisé 80 CRS. (THIBAUD MORITZ / AFP)

Occupée depuis dix jours dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites, l'université de Bordeaux-Victoire est en cours d'évacuation, a appris vendredi 31 mars France Bleu Gironde auprès de la préfecture. Près de 80 CRS ont été mobilisés pour l'opération. Selon la préfecture de Gironde, l'occupation du campus "par 200 personnes au maximum, majoritairement extérieures à l'Université et par des étudiants" avait créé "des conditions d'insécurité pour les personnes et les biens".

>> Réforme des retraites - Suivez notre direct.

Cette évacuation, qui s'est déroulée "dans le calme, sans heurt ni usage de la force", a débuté à 4h30 du matin vendredi, selon les autorités. À l'arrivée des forces de l'ordre, une quarantaine de personnes se trouvaient à l'intérieur de l'université. La préfecture de Gironde rappelle à France Bleu Gironde que "l'occupation était considérée comme illégale et dangereuse".

"Une base arrière à plusieurs actions violentes", selon le préfecture

Dans un communiqué, la préfecture de Gironde déplore "de nombreuses dégradations" à l'intérieur du site, tels que des "tags, des dégâts des eaux" ou encore "la destruction de caméras de vidéoprotection et les détériorations des équipements de défense contre l'incendie". La préfecture regrette également "la tenue de soirées de type rave et la présence d'individus sur les toits. Les locaux ont servi de base arrière à plusieurs actions violentes pendant les récentes manifestations" contre la réforme des retraites, ajoute-t-elle. 

Mardi, lors de la dixième journée de mobilisation interprofessionnelle, des affrontements avaient éclaté entre manifestants et forces de l'ordre place de la Victoire. Plusieurs centaines de personnes s'étaient alors retranchées à l'intérieur du campus

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.