"Le combat continuera" après la présentation du projet de réforme des retraites, assure la CGT Transports

Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transports, prédit déjà qu'il y aura une journée d'action le 12 décembre, au lendemain de la présentation du projet par le Premier ministre.

Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transports.
Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transports. (DANIEL FOURAY / MAXPPP)

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé vendredi 6 décembre qu'il présenterait mercredi 11 décembre le projet de réforme des retraites du gouvernement mais Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transports, annonce déjà sur franceinfo que "le combat continuera". "Le calendrier qui nous est fixé est plutôt contraint", explique-t-il. "On nous présentera un projet de réforme mercredi. Les salariés décideront des suites à donner."

Une action vraisemblable le 12 décembre

Fabrice Michaud a réaffirmé le préalable de la CGT à l'arrêt de la grève. "On n'a pas été associé", dénonce le syndicaliste.

La revendication de la CGT est claire, c'est le retrait du projet de réforme de Delevoye.Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transportsà franceinfo

Fabrice Michaud "ne pense pas" que le Premier ministre retire son projet mercredi. Cela veut dire "des salariés dans la rue jeudi (12 décembre) je pense". La fédération des transports se prépare "à cette hypothèse. Pour l'instant dans le paysage, il y a le 10. Pour organiser, il faut qu'on anticipe. S'il y a une action le 12, on sera dans l'action le 12. Et bien sûr on sera dans l'action le 10 parce que c'est une journée très forte".

Le responsable syndical plaide pour une prise en compte de la "pénibilité" pour la réforme des retraites. "La notion de pénibilité" pourrait servir de "base" aux négociations, assure-t-il. "La reconnaissance de la pénibilité, c'est une forme de traitement équitable et de juste retour des choses sur des carrières difficiles. La problématique se pose en termes d'équité et d'accessibilité à tous au même traitement au régime universel. La pénibilité permettrait d'aborder le dossier d'une manière différente, prendre en compte les contraintes que rencontrent les salariés dans leur quotidien."