La question des retraites monopolise les débats lors du 50e congrès de la CFDT : "L'âge de départ à 65 ans, c'est hors de question !"

La direction de la CFDT a essuyé un camouflet jeudi lors du 50e congrès de l'organisation à propos de la question sensible des retraites, en étant contrainte par un vote interne à durcir sa résolution générale.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 Laurent Berger, pendant la proclamation des résultats lors du 50e Congrès confédéral de la CFDT, à Lyon, le 16 juin 2022. (NORBERT GRISAY / HANS LUCAS)

"Un congrès sans la question des retraites, c'est un congrès où on s'emmerde", déclarait avec humour, Laurent Berger, mercredi 15 juin 2022, devant les participants du 50e congrès de la CFDT, à Lyon. Et bien les congressistes lui ont donné raison, jeudi, malgré sa réelection à la tête du syndicat par plus de 96% des voix (il était l'unique candidat à se succession).

>> Réforme des retraites : "On sera les premiers à descendre dans la rue", prévient la CFDT réunie en congrès à Lyon

Lors du débat interne sur le sujet, les 1 600 délégués de la centrale ont modifié un point de la doctrine défendue par le syndicat depuis près de 20 ans, contre l'avis de la direction nationale. Ce point concerne la durée de cotisation, c'est à dire le nombre de trimestres qu'il faut acquérir pour avoir une retraite à taux plein. La CFDT, on le sait, est totalement contre le report de l'âge légal de la retraite, qu'elle estime injuste. Mais depuis 2003, elle estime que l'allongement de la durée de cotisation est un compromis acceptable, pour répondre à la hausse de l'espérance de vie.

Laurent Berger a tenté de déminer le sujet, en vain

Mais jeudi, patratras. Au congrès, les militants ont voté contre la reconduction de cette doctrine, inscrite dans le projet de feuille de route pour les quatre années à venir. Et ils l'ont fait contre l'avis de la direction nationale de la CFDT. Laurent Berger a pourtant essayé de déminer le sujet, avant le vote des militants, affirmant que la CFDT n'avait pas l'intention de valider un allongement de la durée de cotisation au dela de ce que prévoit déjà la loi Touraine. C'est à dire 43 ans pour la génération de 73, qui partira en retraite en 2035.

Mais la question et si sensible, que les militants ont préféré chasser toute ambiguité. La mention sur la durée de cotisation est donc supprimée de la feuille de route. Dont acte, a répondu vendredi midi Laurent Berger à la tribune du Congrès : "Notre débat sur les retraites a montré que ce sujet reste sensible. Mais notre message en sortant de ce congrès est parfaitement clair : le report de l'âge de départ à 65 ans, c'est hors de question !" Avant de confirmer : "Nous ne réclamerons pas non plus de nouvelle hausse de la durée de cotisation." Pour Emmanuel Macron, le message est clair. Il n'aura pas l'appui de la CFDT pour modifier les paramètres d'âge de départ à la retraite. Quels qu'ils soient.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme des retraites

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.