"Casserolades" : "Les Français vont se lasser de ces manifestations", estime le président du groupe Renaissance au Sénat François Patriat

Le sénateur François Patriat dénonce les manifestations qui perturbent les déplacements des ministres depuis plusieurs semaines.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le sénateur François Patriat au congrès du parti Renaissance au centre Robert Schuman à Metz le 27 août 2022 (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

"Les Français vont se lasser de ces manifestations, qui sont malgré toutes violentes par les mots", a estimé lundi 24 avril sur franceinfo le président du groupe Renaissance au Sénat François Patriat, à propos des "casserolades" et autres manifestations observées lors des déplacements des ministres et des élus macronistes depuis le 17 avril et la promulgation de la réforme des retraites par Emmanuel Macron.

>>> Réforme des retraites : les déplacements de plusieurs ministres perturbés par des manifestations et des concerts de casseroles

"C'est une situation inadmissible, avec des ministres, des élus empêchés dans leurs fonctions", a dénoncé le sénateur de Côte-d'Or. "Il y a souvent peu de monde présent, quelques dizaines de personnes, quelques centaines. Ce sont des gens minoritaires, même s'il y a de colère dans le pays", a-t-il ajouté.

"C'est une forme d'intimidation", a poursuivi François Patriat. "Il faut porter plainte car ces gens sont totalement impunis. Si ces gens sont mécontents, il y a un moyen, c'est le bulletin de vote".

>>> Concerts de casseroles : un arrêté interdit les "dispositifs sonores portatifs" lors de la visite d'Emmanuel Macron dans l'Hérault

"Le degré atteint une forme de haine et de violence qui n'a pas jusqu'à présent été égalé", poursuit François Patriat. Mais "une fois passé le 1er mai et le 3 mai, je crois qu'inexorablement, ce genre de manifestations est appelé à décroître", a terminé le sénateur, appelant les ministres à "ne surtout pas baisser les bras, ne surtout pas se cacher". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.