Prêt garanti par l'État : la CPME demande un étalement du "remboursement" du PGE "pour les entreprises fortement endettées"

Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, a annoncé que le Prêt garanti par l'État (PGE) est prolongé jusqu'en juin 2022. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), le 9 juillet 2020. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), espérait un étalement du "remboursement des prêts" alors que le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé que le Prêt garanti par l'État (PGE), déployé en mars 2020 lors de la crise du Covid-19, est prolongé jusqu'en juin 2022. Invité de franceinfo lundi 8 novembre, François Asselin a déclaré que pour autant "il n'y avait pas de panique" chez les 700 000 entreprises qui ont pu en bénéficier concernant le remboursement. C’est la deuxième fois que le dispositif est prolongé. L'objectif est de soutenir les PME encore en difficulté malgré la reprise.

franceinfo : Est-ce une bonne nouvelle de voir le dispositif prolongé ?

François Asselin : C'est le dispositif qui est prolongé de 6 mois, mais ce n'est pas son remboursement qui est prolongé de 6 mois. C'est-à-dire que le prêt garanti par l'État, comme son nom l'indique, c'est de la dette. C'est un emprunt qu'il faudra rembourser. Or, on peut décaler le remboursement de deux ans. Si vous le décalez de deux ans, après vous devez rembourser votre prêt sur 4 ans. Donc, si on peut encore avoir un droit de tirage jusqu'à la fin de l'année prochaine pour signer un PGE, c’est une bonne nouvelle, bien évidemment, mais cela ne répond pas à la question de ceux qui sont déjà fortement endettés et qui se demandent s'ils vont pouvoir rembourser sur 4 ans leur actuel PGE. Ce que nous attendions, à la CPME, au-delà bien sûr de cette mesure qui est positive, c'est de pouvoir étaler le remboursement des prêts par l'État. Parce que c'est ça la vraie question. Est-ce que demain, je vais générer assez d'activité, assez de chiffre d'affaires pour rembourser l'endettement qui est le mien ? C'est ça la vraie question.

Avez-vous des prévisions sur le remboursement de ces prêts ?

Pour la majorité des PME, beaucoup d'entre elles ont décalé le remboursement d'une année supplémentaire tel que le permet la loi aujourd'hui. Pour l'instant, elles se disent, on engrange, on engrange de l'activité. Et puis, lorsque ça sera le moment de rembourser, on pourra faire face à nos remboursements. Donc, il n'y a pas de panique par rapport au remboursement des prêts garantis par l'État. Néanmoins, si l'activité est repartie d'une façon dynamique, il faut que cette dynamique dure longtemps parce que le poids de l'endettement, il faut pouvoir l'amortir sur les quatre années de remboursement, et cela, sans activité sur le moyen terme, cela sera très compliqué. Effectivement, beaucoup d'entreprises se disent : si je pouvais rembourser au-delà de mes 4 ans d'amortissement, je serais beaucoup plus serein quant à mon avenir.

Les PGE vont servir à quoi ?

Les prêts garantis par l'État ont eu une utilité très importante parce que bien évidemment, quand l'économie s'arrête, vos frais fixes continuent, eux, à s’incrémenter. Cela a permis à beaucoup d'entreprises de passer cette période sans activité sans pour autant déposer le bilan. C’est très important. Et puis, pour celles qui ont des investissements à faire, cela a été bien évidemment un outil d'investissement très intéressant puisque c'est garanti à 90 % par l'État. Pour ces raisons, c'est un outil vraiment qui était excellent pour soutenir l'activité. Maintenant, tout cela, ce sont des prêts, c'est de la dette. Il va falloir les rembourser. D'où cette demande que nous faisons à la CPME de pouvoir étaler sur un peu plus de durée de ce remboursement pour passer cette période d'une façon un peu plus sereine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.