Les défaillances d’entreprises repartent à la hausse en France

écouter (3min)

Les chiffres du premier trimestre 2022, publiés le 12 avril 2022, par le cabinet Altares montrent que beaucoup d’entreprises restent fragiles.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une boutique est définitivement fermée. (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

On dit d’une entreprise qu’elle est en défaillance ou en dépôt de bilan lorsqu’une procédure de redressement judiciaire est engagée contre elle, généralement quand la société ne peut plus payer ses fournisseurs ou faire face à ses dettes. Les défaillances d’entreprises étaient tombées à des niveaux historiquement bas en 2020 et 2021, mais voilà que ça repart : près de 10 000 défaillances ont été enregistrées entre début janvier et fin mars d'après le cabinet Altares, en hausse de 35% par rapport à la même période de l'an dernier. Nous retrouvons pratiquement les niveaux d’avant-crise.

Ce réamorçage à la hausse date de novembre dernier et, depuis, la progression s’accélère chaque mois. Cela s’explique par l’effet ciseaux provoqué par la fin des aides publiques et la flambée des prix de l’énergie. Sur les deux dernières années, on sait que plus de 46 000 sociétés ont été sauvées de défaillances grâce au "quoi qu’il en coûte". Sans les aides financières de l’État, les défaillances auraient explosé.

Tous secteurs et toutes régions concernées

La pandémie commençant à s’estomper, l’État a levé progressivement son soutien financier mais la Guerre en Ukraine est très vite arrivée avec pour conséquence la hausse des prix de l’énergie et des matières premières. C’est-à-dire que les entreprises, qui avaient regagné un peu de trésorerie, se trouvent de nouveau fragilisées. Selon le directeur des études d’Altares, Thierry Millon, il ne s’agit pas d’une déferlante mais plutôt d’un retour à la réalité : beaucoup d’entreprises restent fragiles.

Aucun territoire n’est épargné et les secteurs les plus touchés sont le commerce (notamment dans l’automobile), la restauration, les services aux entreprises et l’agriculture. Les TPE et les jeunes entreprises sont les plus fragilisées. Près de la moitié des sociétés entrées en défaillances au premier trimestre ont été créées il y a moins de cinq ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.