Cet article date de plus d'un an.

Infographies Pauvreté en France : trois cartes qui montrent les inégalités entre territoires

L'Observatoire des inégalités publie jeudi son rapport sur la pauvreté en France. Il montre notamment de très grosses disparités de niveau de vie entre territoires.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le taux de pauvreté varie grandement d'un département à un autre. (CAPTURE D'ECRAN / FRANCEINFO)

Le taux de pauvreté est trois fois plus élevé en Seine-Saint-Denis qu'en Vendée, selon le rapport sur la pauvreté publié jeudi 26 novembre par l'Observatoire des inégalités. Il montre notamment de très grosses disparités de niveau de vie entre territoires.

Cette étude pointe une situation sociale déjà détériorée en France, avant même l’arrivée du Covid-19 et ses conséquences. Selon les dernières données disponibles de l’Insee, en 2018, 5,3 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté, soit moins de 885 euros par mois pour une personne seule – la moitié du niveau de vie médian. Un chiffre en hausse depuis le début des années 2000 (1,4 million de personnes supplémentaires entre 2002 et 2018). Le rapport propose également une cartographie très précise des territoires les plus touchés par la pauvreté.

Les départements d'Outre-mer parmi les territoires les plus pauvres

La Réunion, la Martinique et la Corse : voici les trois régions les plus pauvres de France. Viennent ensuite Provence-Alpes-Côte-d’Azur, puis les Hauts de France. Mais lorsque l’on zoome au niveau départemental, après l’Outre-mer, c'est la Seine-Saint-Denis où le taux de pauvreté est le plus élevé, puis le Sud, avec la Haute-Corse et l’Aude.

À l'inverse, quels sont les départements les plus riches ? D'abord la Vendée, puis la Savoie et la Haute-Savoie. Le taux de pauvreté y est cinq fois moins élevé qu'à La Réunion. Sur l'île, un habitant sur quatre vit avec moins de moins de 885 euros par mois.

Il est intéressant de voir que la pauvreté ne concerne pas les mêmes catégories de population, selon les territoires. En Île-de-France par exemple, elle se concentre d’abord dans les grandes agglomérations, elle touche les actifs. Mais dans les départements moins peuplés, plus ruraux, elle vise le plus souvent les personnes âgées.

Dans certaines villes, un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté

Lorsque l’on avance encore d’un cran, au niveau des villes, après les cinq plus pauvres qui se trouvent à La Réunion, on aperçoit ensuite Grigny (Essonne), Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), Roubaix (Nord), Clichy (Seine-Saint-Denis) et La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Dans ces territoires, quasiment un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté.

Rien à voir évidemment avec Le Chesnay (Yvelines), Gif-sur-Yvette (Essonne), ou encore Vertou, près de Nantes (Loire-Atlantique) : ce sont les communes les plus riches. Le taux de pauvreté n'y est que de 5 à 6%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ménages

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.