Suppression des allocations familiales pour les familles d'enfants violents : "Nous prendrons des décisions fin janvier", annonce Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Education nationale est revenu lundi sur France Inter sur son souhait de sanctionner les parents "complices d'une évolution violente" de leurs enfants.

FRANCE INTER

"Nous prendrons des décisions fin janvier" quant à la suppression des allocations familiales pour les parents d'enfants violents, a déclaré Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, sur France Inter lundi 14 janvier.

Le ministre a expliqué que, pour le moment, rien n'était décidé et que trois axes avaient été définis : "La sécurisation autour des établissements, la création de structures dédiées pour les élèves les plus violents et la responsabilisation des familles."

"Cas par cas"

Jeudi, le ministre de l'Éducation avait confirmé qu'il envisageait de sanctionner les parents "complices d'une évolution violente" de leurs enfants dans le cadre du plan sur les violences scolaires qui sera présenté fin janvier.

Les sanctions financières ne porteront pas forcément sur les allocations familiales et dépendront de la situation, a expliqué Jean-Michel Blanquer. "J'ai énoncé des grands principes qui sont notamment la possibilité de voir les choses au cas par cas. C'est notamment la possibilité d'aider une famille quand elle est dans la difficulté, voir les sources familiales du problème et parfois envisager comment les sanctions financières, qui ne sont pas forcément les allocations familiales, peuvent être dissuasives par rapport à certains comportements."

Jean-Michel Blanquer, le 14 janvier 2019.
Jean-Michel Blanquer, le 14 janvier 2019. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)