Un quatrième journaliste quitte Le Média, la webtélé proche des Insoumis

Après Aude Rossigneux, Catherine Kirpach et Léa Ducret, c'est au tour de Marc de Boni d'annoncer son départ de cette chaîne en ligne proche des "insoumis".

Marc de Boni sur le plateau du journal du \"Média\", le 9 février 2018. 
Marc de Boni sur le plateau du journal du "Média", le 9 février 2018.  ("Le Média")

Nouvelle défection à la rédaction du "Média". Marc de Boni, un ancien journaliste du Figaro a annoncé sur Twitter son départ de la webtélé cofondée par les proches de la France insoumise, lundi 22 mars.

Dans ce texte, le journaliste politique se défend de tout désaccord avec son employeur, à la différence d'Aude Rossigneux qui a estimé avoir été licenciée brutalement. "Une période d'essai est faite, comme son nom l'indique, pour s'essayer à une nouvelle aventure. Et parfois ça ne colle pas, c'est tout. Les deux parties n'ont pas trouvé ce qu'elles cherchaient: rien de dramatique", explique-t-il. Il adresse ses pensées "à celles et ceux que j'ai rencontré-es, qui traversent une période pas facile".

"Rédaction au bord du burn out"

Cette "période pas facile" correspond aux tensions au sein du pure player. Six semaines après avoir présenté son premier journal, Aude Rossigneux a dans un premier temps été renvoyée par la direction du Média. Dans une lettre, elle a ainsi raconté que la décision de son licenciement est d'une "brutalité qui n’est pas exactement conforme à l’idée que chacun se fait d’un 'management' de gauche". Elle décrit également une rédaction "au bord du burn out". Catherine Kirpach et Léa Ducret, deux autres journalistes de la chaîne ont annoncé également leur départ. 

>>>Licenciement "brutal", accusations "infâmes" : la polémique autour de la webtélé Le Média en quatre actes

Noël Mamère a lui aussi pris ses distances, notamment motivé par des "raisons journalistiques" liées au traitement du conflit syrien. Il faisait référence aux propos tenus par Claude El Khal, l'un des collaborateurs du pure player, qui défend le fait de pas montrer d'images du conflit de la Ghouta orientale, en Syrie.