"Journal du dimanche" : plusieurs dizaines de milliers d'euros collectés pour soutenir les journalistes en grève depuis plus d'un mois

Au "Journal du dimanche", la grève se poursuit face à la nomination de Geoffroy Lejeune à la tête de l'hebdomadaire. Cela fait, ce dimanche, 32 jours. Sans salaire, les journalistes mobilisés peuvent notamment compter sur l'argent collecté par leur caisse de grève.
Article rédigé par Thomas Giraudeau
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le 23 juillet 2023 est le 32ème jour de grève des journalistes du JDD. (BERTRAND GUAY / AFP)

Les journalistes du JDD entrent dimanche 23 juillet dans leur deuxième mois de grève. Pour la cinquième semaine consécutive, il n'y a pas de Journal du dimanche en kiosque. Ils protestent contre la nomination à la tête de leur journal de Geoffroy Lejeune, l'ex-directeur de l'hebdomadaire d'extrême-droite Valeurs Actuelles, soutien d'Eric Zemmour. Tout cela s'inscrit dans le contexte de reprise du JDD par le groupe Vivendi de Vincent Bolloré, déjà propriétaire de CNews.

>>"C'est vraiment les mêmes modes opératoires" : avant la grève au "JDD", quels précédents pour les prises de contrôle de médias par Vincent Bolloré

La grève des journalistes du Journal du dimanche devient donc la plus longue dans un média, devant celle menée à l-Télé en 2016. 32 jours de grève, cela veut aussi dire 32 jours sans salaire. Il y a forcément un risque de voir certains reprendre le travail, contraints et forcés, pour des raisons financières. Pour tenir, les journalistes du JDD ont créé une caisse de grève. Plusieurs dizaines de milliers d'euros ont été déposés. 

"Elle est alimentée aussi bien par des grands donateurs que par des anonymes, explique Bertrand Gréco, le co-président de la SDJ, la Société des journalistes de l'hebdomadaire. Il y a même des gens qu'on croise dans la rue, qui nous accostent parce qu'on a notre badge 'JDD en grève', pour nous proposer de participer à cette caisse de grève. Cela fait vraiment chaud au coeur. En particulier pour les plus précaires de la rédaction, les pigistes, qui ont souvent des petits revenus. Cette caisse de grève est indispensable pour eux"

La question de l'indépendance des médias à l'Assemblée

Au-delà de ce soutien financier, un soutien moral est aussi très important, quand la fatigue et la lassitude peuvent gagner les rangs. La centaine de journalistes du JDD s'envoie donc des messages tous les jours et se retrouve quotidiennement. "On forme vraiment un collectif extrêmement soudé", souligne Juliette Demey, grand reporter et membre de la Société des journalistes. 

"On est tous opposés à l'idée que notre journal puisse être piétiné ainsi"

Juliette Demey, grand reporter au "JDD"

à franceinfo

"On va tous ensemble dans la même direction, ça nous porte parce qu'on est transcendé par quelque chose de plus grand que nous", poursuit-elle. Pour Juliette Demey, c'est un combat au-delà du JDD, pour avoir des rédactions indépendantes. La proposition de loi transpartisane déposée mercredi 19 juillet à l'Assemblée à ce sujet est donc une première petite victoire pour ces journalistes. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.