Attaque à Paris : Une cellule d'écoute "pour les enfants et les personnels les plus proches du lieu de l'agression" sera mise en place, annonce le recteur

32 000 élèves de 125 écoles, collèges et lycées, publics et privés, des 3e, 4e et 11e arrondissements parisiens, ont été confinés pendant plusieurs heures.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le dispositif de sécurité mis en place après l'attaque à l'arme blanche à Paris, rue Nicolas Appert (11e arrondissement), vendredi 25 septembre 2020. (S?BASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

Le rectorat de l’Académie de Paris, en lien avec la Ville de Paris, va mettre en place une cellule d'écoute "pour les enfants et les personnels les plus proches du lieu" de l'attaque à l'arme blanche qui a blessé deux personnes vendredi 25 septembre à Paris près des anciens bureaux de Charlie Hebdo, a assuré sur franceinfo Christophe Kerrero, le recteur de l’académie de Paris et de la région Île-de-France. Cette cellule va leur permettre "de parler, d'être entendus et d'être conseillés par des professionnels", précise-t-il.

>> Paris : suivez en direct les dernières informations après l'attaque à l'arme blanche devant les anciens locaux de "Charlie Hebdo"

32 000 élèves de 125 écoles, collèges et lycées, publics et privés, des 3e, 4e et 11e arrondissements parisiens, ont été confinés pendant plusieurs heures après l'attaque. "Depuis quelques années, la sécurité est au cœur des enjeux de l'Éducation nationale", rappelle Christophe Kerrero. Le rectorat est "organisé pour réagir face aux différents types de crise", affirme le recteur.

Ce vendredi, dès l'information de l'attaque connue, les services de l'Éducation nationale, réunis en cellule de crise, ont "méthodiquement appelé l'ensemble des écoles, collèges et lycées pour leur dire qu'ils étaient confinés", raconte Christophe Kerrero. La décision a été prise en accord avec la préfecture de police, la Ville de Paris et le ministère de l'Éducation nationale.

"Il faut vivre avec les crises"

Le recteur souligne que chaque établissement dispose d'un plan particulier de mise en sûreté (PPMS), "qui intègre les risques terroristes". "Chaque année, nous procédons à un exercice attentat-intrusion", précise Christophe Kerrero. Face à différents scénarios, inondation ou attentats par exemple, "l'enjeu est de voir la réactivité, l'efficacité du système d'alerte, et de voir comment les gens réagissent"

Les choses ont été efficaces et l'ensemble des personnels a réagi de façon raisonnée et sereine.

Christophe Kerrero, recteur de l'académie de Paris

à franceinfo

"Il faut vivre avec les crises", considère le recteur. "L'école n'est jamais que le reflet de la société. Notre travail est d'éduquer les enfants à ce qu'ils peuvent vivre dans la société. Malheureusement, nous intégrons maintenant les risques terroristes, les risques sanitaires." Christophe Kerrero ajoute que, chaque année, l'Éducation nationale forme les professeurs, les personnels de direction et directeurs d'école "pour qu'ils soient le plus réactifs possible, efficaces et rassurants vis-à-vis des élèves et des familles".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.