Cet article date de plus de sept ans.

Légumiers : appel au calme après des aides promises par l’Etat

Des aides, dès la semaine prochaine, ont été promises aux légumiers par le ministre de l’Agriculture. Leur représentant a appelé au calme une profession qui a manifesté sa colère vendredi à Morlaix.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des aides pour les légumiers, dont la colère a éclaté à Morlaix vendredi dernier © MaxPPP)

Les promesses gouvernementales suffiront-elles à calmer les producteurs de légumes qui dénoncent une chute de leur chiffre d’affaires et le poids des charges ? Au moment où un plan d’aide était en discussion au ministère de l’Agriculture, une manifestation se déroulait à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor.

Un représentant des légumiers "rassuré"

Un calendrier a été présenté aux représentants des producteurs de légumes, reçus ce mercredi matin par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll. Des aides "dès la semaine prochaine" ont été promises. Leur montant et les modalités n’ont pas encore été précisés. Jean-François Jacob, à la tête du groupement de producteurs, la Sica de Saint-Pol de Léon, a appelé au calme.

Le patron du premier groupement français de producteurs de légumes s’est montré satisfait de la rencontre :

"Il faut que tout le monde garde son calme. Nous avons des solutions, je suis rassuré."

"Il ne doit pas y avoir un agriculteur qui reste au bord de la route." (Jean-François Jacob, président de la Sica)
écouter

Ce rendez-vous mercredi à Paris, prévu avant les débordements de Morlaix dans le Finistère, la semaine dernière, devait faire le point sur un secteur confronté à un effondrement des prix. Vendredi, des producteurs d'artichauts et de choux-fleurs notamment, ont manifesté contre les charges et dénoncé les réglementations administratives et fiscales. Des bâtiments des impôts et de la Mutualité sociale agricole ont été incendiés.

Des taxes et des contrôles dénoncés à Saint-Brieuc

Une cinquantaine de producteurs de légumes accompagnés d’éleveurs et d’horticulteurs ont manifesté à Saint-Brieuc, dans la matinée. Des banderoles ont visé le ministre de l’Agriculture.

Les producteurs se plaignent d’une conjoncture d’autant plus difficile que la porte de la Russie est fermée depuis l’embargo décrété à Moscou. Le président de la section légumes du syndicat agricole local FDSEA a plaidé un allègement de contraintes liées à l’environnement. Hervé Conan dit avoir obtenu gain de cause :

"Le préfet s’est engagé à diminuer la pression sur les mesures en matière environnementale. Il va demander l’assouplissement des contrôles en ces moments difficiles."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.