L'assurance-vie n'est plus rentable pour les Français, estime une association de consommateurs

Le délégué général de la CLCV observe que les rendements des contrats en euros ont été inférieurs à l'inflation en 2018.

Les rendements des assurances-vie sont trop faibles pour permettre aux épargnants de maintenir leur pouvoir d\'achat, estime l\'association de consommateurs CLCV.
Les rendements des assurances-vie sont trop faibles pour permettre aux épargnants de maintenir leur pouvoir d'achat, estime l'association de consommateurs CLCV. (SKYNESHER / E+ / GETTY IMAGES)

Les rendements des assurances-vie sont trop faibles pour permettre aux épargnants de maintenir leur pouvoir d'achat, estime l'association de consommateurs CLCV. "L'année 2018 devrait être marquée par une baisse des rendements, avec un taux moyen aux alentours de 1,7 %", assure au Parisien le délégué général de la CLCV, jeudi 28 février. "Or, l'inflation moyenne était de 1,8 % l’année dernière", relève François Carlier.

Des chiffres qui concernent les placements en euros

"Si la perte est légère à première vue, elle s'avère en réalité bien plus importante après prise en compte des prélèvements sociaux", explique-t-il. Selon lui, "pour maintenir le pouvoir d’achat de l'épargne après prélèvements sociaux en 2018, il fallait afficher un rendement d’environ 2,18 %". Ces chiffres concernent les placements en euros, c'est-à-dire la partie la plus sécurisée (et la plus répandue) des contrats. 

François Carlier déplore que les assureurs n'aient pas agi suffisamment pour relever les rendements de leurs contrats d'assurance-vie. "Nous regrettons que les établissements concernés n’aient pas utilisé les réserves accumulées dans les années passées pour protéger le pouvoir d'achat de leurs clients."