Bruno Le Maire annonce un "trimestre anti-inflation" dans les supermarchés pour garantir "les prix les plus bas possibles" sur certains produits

Les produits concernés seront choisis librement par les distributeurs, précise le ministre de l'Economie, lundi matin.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, dans les allées du Salon de l'agriculture, à Paris, le 2 mars 2023. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Bruno Le Maire lance un "trimestre anti-inflation" dans les supermarchés jusqu'en juin. "Cet accord permettra d'avoir les prix les plus bas possibles sur un certain nombre de prix du quotidien pendant une durée d'un trimestre", a expliqué le ministre de l'Economie, lundi 6 mars, à l'issue d'une réunion à Paris avec la plupart des enseignes de la grande distribution.

Les produits concernés seront "librement choisis par les distributeurs". Ils pourront varier d'une région à l'autre. Ils seront identifiables grâce à un logo tricolore "trimestre anti-inflation". L'essentiel des opérations commerciales portera sur les produits de marque distributeur, sur lesquelles les enseignes ont le plus de "latitude" pour fixer les prix, a détaillé le PDG de Carrefour Alexandre Bompard.

Le dispositif, financé grâce aux marges des distributeurs, leur coûtera "plusieurs centaines de millions d'euros", a calculé le locataire de Bercy. "A l'issue de ce trimestre, nous referons un point avec les distributeurs et nous demanderons aux grands industriels de renégocier leurs prix avec la grande distribution".

Un "chèque alimentaire" pour les ménages les plus modestes

Les annonces de Bruno Le Maire interviennent alors que plusieurs enseignes de la grande distribution ont déjà annoncé ces derniers jours des opérations commerciales sur une sélection de produits de consommation courante. "J'ai pas attendu une réunion publique pour être moins cher", a ironisé lundi matin sur Cnews le patron des centres E. Leclerc Michel-Edouard Leclerc, qui a choisi de bouder la réunion mais doit s'entretenir dans la journée au téléphone avec Bruno Le Maire.

Le gouvernement compte en outre déployer un "chèque alimentaire" pour les ménages les plus modestes. "L'expérimentation" se fera "dans les prochains mois" à "l'échelle territoriale". Face à l'inflation alimentaire qui a atteint 14,5% sur un an en février selon l'Insee, le gouvernement cherchait depuis plusieurs mois un mécanisme de soutien au pouvoir d'achat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.