Rachat d'Opel : PSA accuse General Motors de tromperie

PSA réclame des comptes à General Motors, ancien propriétaire d'Opel. Le constructeur français accuse, jeudi 30 novembre, l'Américain de lui avoir caché certaines informations qui auraient pu impacter le rachat de la marque allemande.

France 3

Le sourire de Carlos Tavares n'est plus. Il y a quelques mois, le patron de PSA annonçait fièrement le rachat de l'Allemand Opel pour un peu plus d'un milliard d'euros. Avec un avenir radieux en perspective. "Cela permettra de construire à PSA, qui est un champion automobile européen, d'être plus fort, plus rentable, et plus pérenne".

500 millions d'euros

Mais la lune de miel entre le Français et l'Allemand n'aura duré que peu de temps. PSA déchante, General Motors, l'ancien propriétaire d'Opel lui aurait dissimulé certaines informations. Aucun plan n'était en fait prévu pour faire baisser les émissions de CO2 des véhicules. À cause d'Opel, PSA risque de ne plus être dans les normes, avec une amende à la clef : jusqu'à 800 millions d'euros. Le patron de PSA assure avoir découvert le pot aux roses après la transaction. PSA envisage de se retourner contre General Motors ; il demanderait 500 millions d'euros de compensation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les logos d\'Opel et de Peugeot.
Les logos d'Opel et de Peugeot. (ARNE DEDERT / DPA)