Dreux : la désindustrialisation, une fatalité ?

France 2 a décidé de consacrer une longue page sur le déchiffrage du phénomène de la délocalisation. Elle ne concerne pas que le nord de la France, mais une bonne partie du territoire.

FRANCE 2

L'usine Philips de Dreux (Eure-et-Loir) c'est plus de 30 hectares d'ateliers. La dernière en France où des téléviseurs étaient fabriqués. En 2010, c'est la fermeture. La production est délocalisée, près de 700 emplois sont supprimés. "Lorsque l'on a commencé à être découragé, c'est quand on a vu les Polonais venir; il fallait leur apprendre notre savoir-faire. On était un peu découragé parce qu'on savait bien qu'un jour ou l'autre ils allaient nous le retirer", confie Monique Savidan, ancienne salariée de Philips. En Pologne, dans la plus grande usine de téléviseurs d'Europe, un appareil est assemblé en 25 minutes. La main d'oeuvre est nombreuse, peu qualifiée, mais bon marché. Pour le directeur la production aurait été beaucoup plus chère si l'usine était restée à Dreux.

Haut de gamme

Sur l'ancien site Philips, on ne fabrique plus de télés, mais du thé. Une entreprise spécialisée dans le haut de gamme s'est installée. Elle a même embauché d'anciens salariés de Philips, aujourd'hui très loin du travail à la chaine. 170 personnes travaillent dans cette entreprise. Sur place une autre société a créé beaucoup plus d'emplois. Un vaste centre d'appels. 600 employés travaillent ici pour le compte de mutuelles et d'assurances. À Dreux, le bilan en terme d'emplois est donc très positif. Même si le nombre de salariés dans le domaine industriel a fortement diminué.

Le JT
Les autres sujets du JT