Fiscalité : l'intelligence artificielle pour lutter contre la fraude

L'État a trouvé une arme redoutable pour mieux lutter contre la fraude fiscale : un outil d'intelligence artificielle capable de comparer des millions de données pour retrouver les fraudeurs. Résultat, les sommes mises en recouvrement par Bercy ont augmenté de 130% l'an dernier.

FRANCE 3

Traquer la fraude fiscale, le gouvernement en a fait un cheval de bataille et une arme de communication. Après deux années de baisse, les recettes ont bondi en 2019. Plus de 9 milliards d'euros ont été recouvrés l'an dernier, soit un milliard de plus qu'en 2018. Lundi 17 février, le Premier ministre a salué ces résultats et est resté ferme sur l'objectif. "Que chacun respecte les mêmes règles, nous ne voulons aucun passe-droit, aucune indulgence, juste la loi", a affirmé Édouard Philippe.

Des recettes passées de 342 millions à 785 millions d'euros

Pour combattre la fraude, le gouvernement a multiplié les stratégies : une police fiscale avec des contrôleurs d'élite aux moyens étendus a ainsi été mise en place. Pour récupérer plus d'argent, l'État peut aussi compter sur ce qu'on appelle le "data mining". Il s'agit d'une technique d'intelligence artificielle qui croise les données des entreprises et des contribuables, les informations bancaires, le patrimoine immobilier, l'Urssaf, l'assurance maladie et la caisse d'allocations familiales. Grâce à cette technologie, les recettes de l'État sont passées de 342 millions d'euros en 2018 à 785 millions d'euros en 2019.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministère des Finances et de l\'Economie, quartier Bercy à Paris.
Le ministère des Finances et de l'Economie, quartier Bercy à Paris. (LOIC VENANCE / AFP)