Dons : la générosité des Français en berne ?

Quelque 850 millions d'euros ont été récoltés pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, tandis que les dons à destination des associations caritatives sont en chute libre. Ce sont les Français les plus aisés qui ont le plus réduit le montant de leurs dons.

France 2

Y a-t-il moins de donateurs qu'avant ? "Oui. En 2017, 82% des foyers fiscaux soumis à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ont donné. En 2018, de cet échantillon, ils n'étaient plus que 77% à faire un don, selon l'enquête Ipsos, pour la fondation des apprentis d'Auteuil", explique le journaliste Jean-Paul Chapel sur le plateau de France 2. Pourquoi ? "Parce qu'en 2018, l'ISF a été supprimé, et avec lui l'avantage fiscal aussi", ajoute-t-il.

La consommation et l'épargne ont primé sur les dons

Le don moyen est lui aussi en baisse. "En 2017, le montant moyen du don était de 2 530 €, contre seulement 1 970 € en 2018, le niveau le plus bas depuis que ce baromètre existe. La baisse devrait se confirmer cette année, selon les dernières estimations." Alors, où est passé l'argent ? "Avec l'argent économisé, les riches donateurs ont d'abord consommé plus (42%), épargné plus (41%), puis, dans une moindre mesure, ont investi dans les entreprises (29%), ce qui est l'objectif initial de la réforme fiscale", conclut Jean-Paul Chapel.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Finlande a annoncé qu\'elle abandonnait son expérience de revenu universel qui a concerné 2000 personnes dans ce pays de l\'Union européenne. 
La Finlande a annoncé qu'elle abandonnait son expérience de revenu universel qui a concerné 2000 personnes dans ce pays de l'Union européenne.  (CITIZENSIDE/GERARD BOTTINO / AFP)