Google et Facebook "devront payer des impôts comme les autres", assure Pierre Moscovici

Le commissaire européen à la Fiscalité a réagi aux révélations sur les "Panama Papers" dans les pages du "Parisien".

Pierre Moscovici, le 5 février 2016, à Bruxelles.
Pierre Moscovici, le 5 février 2016, à Bruxelles. (JOHN THYS / AFP)

Pierre Moscovici a dévoilé, dans les pages du Parisien, dimanche 10 avril, le contenu de la nouvelle directive européenne qu’il présentera mardi. Surnommées les Gafa, les multinationales Google, Amazon, Facebook et Apple "devront payer des impôts comme les autres" dans les pays membres de l'Union européenne, a indiqué le commissaire européen à la Fiscalité. 

Cette nouvelle directive prévoit que les données comptables et fiscales des multinationales, c’est-à-dire leur chiffre d’affaires, leurs bénéfices, et les impôts payés dans les différents Etats membres, soient "rendues intégralement publiques pays par pays au sein de l’Union européenne", explique Pierre Moscovici.

Une liste noire européenne des paradis fiscaux "dans les six mois"

Interrogée sur les moyens de lutte européens contre les paradis fiscaux après les révélations des "Panama Papers", le commissaire européen à la Fiscalité a proposé d'établir, "dans les six mois, une liste noire européenne des paradis fiscaux".

Pour le moment, le Panama n'est considéré comme un paradis fiscal que par neuf pays européens, note Pierre Moscovici. "Ce n’est pas crédible. Nous avons un besoin urgent d’une vraie liste commune, avec des critères identiques et des menaces de sanctions fortes."