Après les "Paradise Papers", les ministres de l'Union européenne se réunissent pour établir une liste noire des paradis fiscaux

Les 28 ministres des Finances se réunissent à Bruxelles pour tenter de se mettre d'accord.

Le siège de la Commission européenne à Bruxelles, le 4 décembre 2017.
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles, le 4 décembre 2017. (ALEXANDROS MICHAILIDIS / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les 28 ministres des Finances de l'Union européenne se réunissent, mardi 5 décembre à Bruxelles, dans l'espoir de se doter d'une liste noire des paradis fiscaux. Une liste très attendue après les récents scandales d'évasion fiscale, dont les "Paradise Papers" publiés en novembre 2017. 

Conformément aux règles européennes sur les questions fiscales, les 28 Etats membres doivent s'entendre à l'unanimité sur le nom des pays "blacklistés". Les pays européens devraient aussi  assortir leur liste noire d'une possibilité de sanctions. Cette liste devrait encore faire l'objet de tractations. 

Aucun membre de l'UE dans la liste noire ?

Plusieurs sources ont indiqué lundi à l'AFP que deux listes de pays doivent être publiées. La première liste "noire" doit renseigner autour de vingt juridictions. La seconde, une liste "grise", doit comporter 45 autres Etats qui se sont engagés à améliorer leurs pratiques. "Cela pourrait évoluer encore lors de la réunion mardi matin, les ministres pourraient enlever un ou deux pays de la liste noire", a précisé l'une des sources.

Les ministres européens ne devraient logiquement pas inscrire de pays membres de l'Union européenne sur cette liste. Un problème selon l'ONG Oxfam, qui a publié, mardi dernier, sa propre liste comportant 35 pays. Quatre pays européens, cités dans les récents scandales, y figurent : l'Irlande, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas.