L'Association des maires de France veut instaurer une taxe d'un euro pour chaque colis livré à domicile

Un amendement a été déposé au projet de loi de finances afin de créer un allégement des charges pour les petits commerçants.

Un livreur de colis, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 31 janvier 2017.
Un livreur de colis, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 31 janvier 2017. (MAXPPP)

Taxer d'un euro chacun de vos achats sur internet que vous vous faites livrer à domicile. C'est ce que souhaite David Lisnard, maire de Cannes et vice-président de l'Association des maires de France (AMF), révèlent Les Echos, mardi 30 octobre 2018. Ce dernier a déposé un amendement en ce sens dans le projet de loi de finances.

Avec cette nouvelle taxe, l'élu du parti Les Républicains entend financer un allégement de charges pour les petits commerçants, qu'il dit lésé par les entreprises de vente en ligne. "Le commerce de proximité subit par la faute de la contribution foncière des entreprises et des taxes foncières un niveau de charge injuste par rapport aux livraisons à domicile du commerce électronique", avait-il expliqué aux Echos en août.

Dans les faits, David Lisnard propose d'instaurer un abattement automatique de 10% de la taxe foncière des commerces inférieur à 400 m2. Cette réduction fiscale, estimée à 335 millions d'euros, serait comblée par cette nouvelle taxe sur les livraisons. Elle serait reversée à l'Etat puis aux collectivités, qui en seraient les bénéficiaires, précise BFMTV.

Une taxe approuvée par la majorité ?

Cette taxe serait uniquement applicable aux colis livrés à domicile. "Pas question de taxer les livraisons dans les commerces physiques ou dans les points relais, ce mode de livraison qui représente un tiers des 500 millions de livraisons annuelles, leur apporte un peu de rentabilité", explique David Lisnard.

En plus de l'AMF, le maire de Cannes est soutenu par plusieurs députés comme Charles de Courson (UDI), Bruno Retailleau (Les Républicains) et Benoît Potterie (La République en marche). Ce dernier assure d'ailleurs que d'autres députés de la majorité vont se rallier derrière l'amendement ou y apporter une légère nuance.