ISF : les 100 contribuables les plus riches paient 126 millions d'euros, annonce Bruno Le Maire

Des parlementaires demandaient au gouvernement de rendre ce chiffre public. Le ministre de l’Economie leur a répondu, vendredi, à l'Assemblée nationale.

Une déclaration d\'ISF à Thionville (Moselle), le 11 octobre 2016.
Une déclaration d'ISF à Thionville (Moselle), le 11 octobre 2016. (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les 100 premiers contributeurs à l'impôt de solidarité sur la fortune paient actuellement 126 millions d'euros. Le chiffre a été donné par le ministre de l'Economie, vendredi 20 octobre, à l'occasion de l’examen de l’article 12 du budget 2018 à l’Assemblée nationale, qui transforme l'actuel ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Bruno Le Maire a, dans un premier temps, rappelé "que les 1 000 premiers contributeurs" paient "400 millions d'euros d'ISF". Il a aussi expliqué que "les 100 premiers patrimoines payent 73 millions d'euros d'ISF". Le ministre y voit la preuve que "l'ISF est non seulement inefficace mais injuste, parce que les plus gros patrimoines ne payent pas l'ISF et arrivent, par l'optimisation fiscale, à y échapper".

Nous allons supprimer l'ISF pour libérer plus de trois milliards d'euros qui, nous le pensons, iront vers l'économie productive.

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie

à l'Assemblée nationale

Un appel lancé par des parlementaires de gauche

Par cette annonce, Bruno Le Maire répond à la demande d’une centaine de parlementaires de gauche. Ces derniers ont signé en début de semaine un appel au gouvernement pour rendre publics ces chiffres sur l'ISF. Libération l'a ensuite relayé. Parmi les signataires, des élus de socialistes, de La France insoumise et communistes, ainsi que le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde. 

L'ancien ministre socialiste des Finances Michel Sapin a été le premier à demander la publication de "la somme dont vont bénéficier les 100 premières fortunes" du fait des "cinq milliards de bouclier fiscal de cette nouvelle majorité".