L'Angle éco, France 2

VIDEO. Les retraités français en exil fiscal au Portugal

De plus en plus de riches retraités fuient la France et traversent les frontières pour des pays plus accueillants fiscalement. Destination phare de ces exilés fiscaux  depuis quelques années : le Portugal, qui exonère les ressortissants français. "L'Angle éco" diffusé le lundi 20 avril leur a consacré un reportage. Extrait.

Pour certains retraités, la tentation est grande de passer les frontières pour payer moins d'impôts. En cause, la suppression de certains avantages fiscaux en France, et l'exonération d'impôts pour ses ressortissants au Portugal... à condition qu'ils passent au moins six mois et un jour – 183 jours exactement − dans le pays d'accueil. 

Exonération fiscale et ensoleillement

Bon rapport qualité prix, vie plus sereine et exonération fiscale, le Portugal est devenu l'eldorado de ces retraités. Le couple Fisnot fait partie de ces exilés fiscaux. Serge Fisnot, ancien chef d'entreprise, et sa femme Lucile ont plié bagages et économisent depuis près de 1 000 euros par mois.

Sans aucun remords, Serge Fisnot précise percevoir plus de 72 000 euros par an et explique son choix : "J'ai cotisé pendant quarante-cinq ans, j'ai fait travailler des centaines de personnes dans mes différentes entreprises. Je me dis que j'ai bien donné et donc, quelque part, en faisant vraiment un examen de conscience, je me dis : 'Tu as raison d'en profiter aujourd'hui, tous les gens le feraient s'ils pouvaient.'"

Avec les économies réalisées, le couple de retraités voudrait acheter une grande maison et l'aménager en chambres d'hôtes. Leur projet tombe à point nommé pour les locaux : le pouvoir d'achat des Français est bien supérieur à celui des Portugais dans un pays qui se remet de la crise et où les capitaux étrangers sont les bienvenus. 

"En France, on est surtaxé"

Gérard Buisset a suivi la même démarche. "Je crois qu'il ne faut pas être hypocrite : en France, on est surtaxé, et on est arrivé à un seuil où c'est du racket [..]. Donc pas de scrupules à avoir", explique l'ancien directeur d'hippodrome, qui perçoit une  retraite importante.

Mais l'exil des retraités se fait parfois au détriment des familles restées en France. "Je trouve ça dommage pour moi, pour la famille en tout cas, d'être obligé de s'expatrier au Portugal pour une histoire d'argent", regrette la fille de Gérard Buisset. Pas de quoi attrister le retraité qui précise, cynique : "Est-ce que vraiment ma quote-part d'impôt va sauver la France ?" Pourtant, la redistribution des impôts, fondement de la République, représente en moyenne 34 % des revenus des Français. 

 

(CAPTURE D'ECRAN L'ANGLE ECO / FRANCE 2)