Les prix de l'immobilier en bord de mer sont en hausse de 3,4 % sur un an

Le littoral de la Provence-Alpes-Côte d'Azur enregistre la plus forte augmentation avec 5,2 % en un an, selon un baromètre consulté par France Inter.
Article rédigé par franceinfo - Fabien Cazeaux
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes) est la station balnéaire la plus chère de France; (Photo d'illustration). (FRANCK FERNANDES / MAXPPP)

Les prix de l'immobilier en bord de mer ont augmenté de 3,4 % entre juillet 2022 et juillet 2023, selon un baromètre de "Meilleurs Agents" que s'est procuré France Inter. La plateforme d'estimation immobilière constate même une augmentation des prix immobiliers de 12,8 % en deux ans dans les 500 stations balnéaires françaises. "Sur la même période 2021-2023, les prix immobiliers n'ont augmenté que de 6,6 % en moyenne en France", relève la plateforme.

>> Immobilier : "On n'est pas dans un effondrement des prix" malgré une hausse "extrêmement rapide" des taux, affirme la porte-parole de Meilleur Taux

Le littoral de la Provence-Alpes-Côte d'Azur présente les prix immobiliers les plus élevés, avec en moyenne 6 071 euros le mètre carré, soit une hausse de 5,2 % en un an et de près de 14 % en deux ans. "Meilleurs Agents" enregistre localement des augmentations de 5,6 % à Saint-Jean-Cap-Ferrat dans les Alpes-Maritimes, station balnéaire la plus chère de France, de 6,3 % à Ramatuelle dans le Var et de 7,8 % à Saint-Tropez dans le Var.

12,8 % d'augmentation en deux ans en Corse

La hausse des taux d'intérêt ne semble donc pas avoir d'effet. Cette clientèle "est beaucoup plus internationale et moins touchée par les conditions de crédits propres à la France ou à l'Europe", explique à France Inter Barbara Castillo Rico, responsable des études économiques chez "Meilleurs Agents". Cette experte précise qu'il s'agit généralement d'une "clientèle beaucoup plus aisée, ce sont des personnes qui ne vont pas forcément demander à la banque de leur prêter de l'argent".

La Corse enregistre la deuxième plus forte hausse des prix entre 2022 et 2023 (5,3 %). En deux ans, ses prix de l'immobilier ont même grimpé de 12,8 %. Le prix du mètre carré peut atteindre jusqu'à 7 311 euros à Zonza en Corse-du-Sud, l'une des stations balnéaires les plus cotées de l'île, qui se situe à moins d'une heure de Porto-Vecchio.

Une baisse des prix sur la façade Atlantique 

L'accalmie des prix provient en fait de la façade atlantique, avec une faible augmentation sur un an (+1,8 %). La tendance était, ces dernières années, plutôt à la hausse, avec une augmentation de 12 % entre 2021 et 2023, que l'on pouvait attribuer alors à un "effet post-Covid très concentré sur l'Atlantique et la Bretagne", détaille à France Inter Barbara Castillo Rico, responsable des études économiques chez "Meilleurs Agents". 

La station balnéaire la plus chère du littoral atlantique, le Lège-Cap-Ferret en Gironde voit même ses prix immobiliers baisser cette année (-1,8 %). "Meilleurs Agents" note également des baisses de 2,7 % à Biarritz dans les Pyrénées-Atlantiques et de 2,2 % à Lacanau en Gironde. La côte atlantique reste cela dit "la deuxième région littorale la plus chère de France avec des prix qui s'affichent à 5 373 euros le mètre carré en moyenne", selon la plateforme. 

Le Languedoc-Roussillon, littoral le moins cher de France

"Meilleurs Agents" observe également une hausse des prix contenue en Bretagne avec +2,6 % en un an, contre +14,6 % en deux ans. La station la plus chère de Bretagne, la Trinité-sur-Mer dans le Morbihan connaît ainsi une hausse de seulement 1 %. 

Selon le baromètre, le littoral le moins cher de France est le Languedoc-Roussillon, où le prix du mètre carré atteint les 3 740 euros en moyenne. Pourtant, cette zone connaît de "belles augmentations : +4,1 % en un an et +12,3 % en deux ans". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.