La baisse des prix de l'immobilier en France en trois graphiques

Pour la deuxième année consécutive, les prix de l'immobilier sont globalement en baisse, confirme une étude publiée par la Fnaim.

Bien immobiliers en en vente à Lille, le 29 janvier 2009.
Bien immobiliers en en vente à Lille, le 29 janvier 2009. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Pour ceux qui envisagent un achat immobilier, c'est une bonne nouvelle. En 2014, les prix du logement ancien ont baissé en moyenne de 1,7% en France (2% pour les maisons et 1,5% pour les appartements) par rapport à 2013, selon une étude de la Fnaim dévoilée le 9 décembre et qui confirme les chiffres d'autres acteurs. Une baisse qui reste moins importante qu'en 2013 (-2,9%) mais ramène les prix au niveau de 2008, année marquant le début de la crise économique. Mais les Français ne sont pas tous égaux en fonction du territoire sur lequel ils investissent. Francetv info vous résume en trois graphiques ce qu'il faut savoir sur cette évolution des prix.

Pour les maisons, c'est dans le Nord-Pas-de-Calais où les prix baissent le plus

La nouvelle carte de France avec 13 régions sera bientôt adoptée par les parlementaires, mais pour comparer l'évolution des prix il est encore nécessaire de se référer à l'ancien redécoupage. Pour les maisons, la carte ci-dessous montre que seulement six régions connaissent une hausse des prix (en rouge : Picardie, Basse-Normandie, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon, Auvergne et Bretagne), pour le reste la baisse est généralisée. 

La palme revient au Nord-Pas-de-Calais qui enregistre une baisse de 5,3% avec un prix moyen au m2 de 1 935 euros / m2. Ces variations ne modifient pas les déséquilibres régionaux entre des territoires comme l'Ile-de-France ou Paca (dans lesquels le prix au m2 moyen dépasse les 3 000 euros) et des régions comme la Franche-Comté ou le Limousin (en dessous de 1 400 euros par m2).

Pour les appartements, c'est en Lorraine que les prix chutent le plus

Les prix des appartements existants sont en baisse dans presque toutes les régions de France. Seule l'Aquitaine enregistre une véritable hausse (+1,6%). La Picardie, le Nord-Pas-de-Calais et l'Alsace connaissent une très légère augmentation de prix. Concernant les baisses, c'est la Lorraine (-5,3%) qui rencontre la chute la plus importante.

Au niveau des prix, de fortes disparités subsistent. Sans surprise, l'Ile-de-France domine le classement avec un prix au m2 de 5 041 euros en moyenne. En queue de peloton, la Franche-Comté (1 552 €/m2), la Champagne-Ardenne (1 665 €/m2) et la Lorraine (1 754 €/m2).

Nancy et Paris sont les villes où les prix baissent le plus 

Avec 4,5% d'augmentation sur la valeur de ses appartements, Bordeaux fait figure d'exception. Dans la majorité des villes de France, la diminution est notable, comme à Nancy (-4,6%), Paris (- 3,6%), Marseille (-2,9%) et Lyon (-1,7%). Avec 8 399 €/m2, les prix parisiens demeurent très au-dessus du reste des autres villes dont les tarifs naviguent entre 2 000 et 4 000 euros du m2.

Pour 2015, la Fnaim table aussi sur une nouvelle érosion des prix de l'ordre de 2 à 3%. Mais la diminution de ces dernières années ne doit pas masquer que sur le temps long les prix de l'immobilier ont explosé dans la plupart des espaces urbains. Pour le démontrer, la Fnaim se sert de l'indice de surface achetable, qui correspond au nombre de mètres carrés accessibles avec un budget constant au fil des années. Ainsi en 15 ans, la surface achetable a diminué environ de moitié à Paris, Lyon et Nice. Dans la capitale, il était possible d'acheter un 57 m2 en 1999 avec 230 000 euros, aujourd'hui avec la même somme le marché vous proposera un 27 m2.