Places d'hébergement pour les SDF : "Il y a une démarche de fond qui est engagée", se félicite le président du Samu social parisien

La démarche reste "symbolique" mais c'est une "bonne démarche", a réagi dimanche sur franceinfo Éric Pliez,  après l'annonce de l'ouverture de 700 places d'hébergement d'ici 2019 à Paris, dont 50 à 100 pour des femmes à l'Hôtel de Ville.

Une personne sans-abri assistée par des infirmiers du Samu social de Paris, durant une maraude, dans la nuit du 20 au 21 décembre 2007 à Paris.
Une personne sans-abri assistée par des infirmiers du Samu social de Paris, durant une maraude, dans la nuit du 20 au 21 décembre 2007 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)

Le président du Samu social de Paris Éric Pliez s'est félicité, dimanche 14 octobre sur franceinfo, de la "démarche de fond engagée" par la mairie de Paris, après l'annonce de la maire Anne Hidalgo, dans le Journal du dimanche, de l'ouverture de 700 places d'hébergement d'ici 2019, dont 50 à 100 pour des femmes à l'Hôtel de Ville. "C'est une action qui s'inscrit dans une démarche de plus longue haleine", a-t-il réagi. "Cette démarche d'ouvrir l'Hôtel de Ville et les mairies d'arrondissement, c'est symbolique. Mais cela me semble une bonne démarche."

Plus de 800 personnes refusées par jour

Pour autant, le combat est loin d'être gagné : "La réalité, c'est que chaque soir au 115, nous continuons de refuser du monde, plus de 800 personnes par jour en ce moment, notamment des femmes isolées très vulnérables dehors. Sur 6 000 à 8 000 femmes qui nous appellent chaque année, un quart seulement seront prises en charge faute d'hébergements adaptés", a affirmé le président du Samu social de Paris.

"Évidemment, pour nous, la question est la pérennité des sites et la fluidité du système", tempère Éric Pliez, nous manquons beaucoup de logements sociaux et très sociaux pour les personnes aux ressources faibles. Sur 35 000 personnes hébergées par le 115 dans des hôtels en famille, 12% sont dans ces hôtels depuis plus de cinq ans, donc il y a aussi des choses à faire en aval."