Marseille : la vétusté des immeubles interroge

En direct de Marseille (Bouches-du-Rhône), le journaliste Théo Souman fait le point sur le bilan provisoire des victimes, après l'effondrement de deux immeubles dans le centre-ville, au matin du 5 novembre.

FRANCE 2

Après l'effondrement de deux immeubles du centre-ville de Marseille (Bouches-du-Rhône), lundi 5 novembre, "un premier bilan officiel vient d'être communiqué par Renaud Muselier, le président de la région Sud, qui parle de neuf personnes disparues, deux passants dans la rue et sept habitants du numéro 65 de la rue d'Aubagne, qui n'ont pas pour le moment donné de signe de vie", rapporte le journaliste Théo Souman, en direct de Marseille.

Des procédures trop longues

"Ces immeubles étaient vétustes, c'était connu depuis plusieurs années, mais les démarches ont été trop longues. Par exemple, pour l'un des immeubles qui se sont effondrés ce matin, la mairie avait pris un arrêté de péril en 2008. Il aura fallu près de dix ans et d'interminables procédures judiciaires avec les propriétaires notamment, pour enfin le racheter et le sécuriser. Pour l'autre immeuble qui était, lui, toujours habité, deux démarches du même type avaient été lancées", souligne Théo Souman.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des sauveteurs interviennent sur le site de l\'effondrement de deux immeubles qui se sont effondrés, le 5 novembre 2018, à Marseille.
Des sauveteurs interviennent sur le site de l'effondrement de deux immeubles qui se sont effondrés, le 5 novembre 2018, à Marseille. (GERARD JULIEN / AFP)