Hébergement : fin de la trêve hivernale

Ce 1er avril, c'est la fin de la trêve hivernale. En 2015, les expulsions locatives ont augmenté de 25%.

Voir la vidéo
FRANCE 3

À 57 ans, Thierry ne trouve plus le sommeil, il va peut-être bientôt devoir quitter son deux-pièces du centre-ville de Mulhouse (Haut-Rhin). Il est sous le coup d'une procédure d'expulsion, un gros coup dur qu'il n'a pas encore annoncé à ses proches et qu'il vit avec angoisse. Pour payer son loyer de 400 euros, il est obligé de se priver d'autres dépenses. "Il faut faire le choix de ne pas se chauffer, de se restreindre de façon alimentaire parce que vous ne pouvez pas tout vous permettre", raconte-t-il.

Expulsables à tout moment par les forces de l'ordre

Comme lui, plusieurs milliers de locataires peuvent, à partir du 1er avril, être expulsés à tout moment par les forces de l'ordre. Des situations précaires, principalement dues à des loyers impayés suite à une maladie, un licenciement ou ne séparation. "C'est toujours très difficile, c'est un choc, un drame. Du jour au lendemain on ne peut plus rentrer chez soi", déclare Marie Rothhahn, chargée de mission de la Fondation Abbé Pierre. Les hébergements d'urgence, eux aussi, ferment leurs portes. Un retour de l'incertitude pour des milliers de personnes.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ville de Rouen, où un jeune couple a été retrouvé mort dans un appartement, le 20 décembre 2015.
La ville de Rouen, où un jeune couple a été retrouvé mort dans un appartement, le 20 décembre 2015. (RICHARD PLUMET / FRANCE 3)