Les pompiers entrent en grève

Trop de sollicitations, manque de moyens, les pompiers ont lancé un long préavis de grève qui va durer jusqu'au 31 août. 

France 2

"Les pompiers dénoncent un manque de dialogue social, un manque d'effectif, mais aussi des missions qui leur sont attribuées et qui ne sont pas forcément les leur", explique la journaliste Julie Poirier en compagnie du président du syndicat autonome départemental des sapeurs-pompiers des Yvelines"Les missions ne sont pas les nôtres. Aujourd'hui sur un centre de secours de 3 000 interventions, il y a 85% des interventions qui sont réalisées pour le secours aux victimes. Sur ces 85% d’interventions, moins de 50% sont des détresses vitales. On veut bien faire le métier, mais qu'on nous donne les sous pour le faire et qu'on recrute du personnel. L'une des pistes serait peut-être d'aller chercher le financement dans la santé puisque c'est eux qui régulent l'appel, mais nous faisons la mission", détaille l'adjudant-chef Pierre Ruiz Dupont. 

Les pompiers restent mobilisables

"Il va y avoir un mouvement de grève qui va prendre une tournure particulière puisque les pompiers restent mobilisés et réquisitionnés pour votre mission de service public. En revanche chaque pompier militant portera un signe distinctif", conclut Julie Poirier. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un pompier gréviste lors d\'une manifestation de la profession le 14 mars 2017 à Paris.
Un pompier gréviste lors d'une manifestation de la profession le 14 mars 2017 à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)