Grève du 5 décembre : des entreprises tirent leur épingle du jeu

La France va tourner au ralenti lors de la grève du 5 décembre. Mais quelques entreprises arrivent à tirer leur épingle du jeu comme les vendeurs de trottinettes ou les loueurs de voitures. 

France 2

À l'approche de la grève du 5 décembre, le téléphone du magasin de trottinettes et de vélos électriques de la marque Wee Bot à Paris n'arrête pas de sonner. "Cette grève a été vraiment un déclencheur d'achat. Dans le sens où on a eu une croissance de plus de 40% sur la fin du mois de novembre depuis l'annonce de la grève", explique Isaac Bouni, cofondateur de Wee Bot. La paralysie annoncée dans les transports ne fait en effet pas que des malheureux. 

Hausse des prix des VTC et des cars en vue

La société de location de cars Alliance Autocar a enregistré ces derniers jours 12 fois plus de demandes de location qu'à l'accoutumée. "On reçoit beaucoup de demandes de dernière minute d'écoles, de clubs de sport, d'entreprises, d'associations, qui ont un besoin de déplacement urgent", détaille le directeur général d'Alliance Autocar, Alexandre Woog. Ce patron l'assure, il ne profitera pas de la grève pour augmenter ses prix. Ce n'est pas le cas de tous, car jeudi 5 décembre, le prix de transport par autocar ou par VTC risque bien d'exploser. Certains usagers pourraient opter pour le taxi partagé. C'est ce que propose la start-up Taxymatch.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme sur une trotinette électrique à Berlin (Allemagne), le 17 avril 2019.
Un homme sur une trotinette électrique à Berlin (Allemagne), le 17 avril 2019. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)