Départ anticipé, bus plutôt que train ou avion : les plans B des sportifs et des supporters pour les matchs pendant la grève

Avec les grèves, les déplacements des sportifs professionnels pour les matchs du week-end sont compromis et chacun y va de sa solution alternative pour pouvoir jouer.

Un homme regarde les écrans d\'annonces à l\'aéroport d\'Orly, le 5 décembre 2019.
Un homme regarde les écrans d'annonces à l'aéroport d'Orly, le 5 décembre 2019. (ERIC FEFERBERG / AFP)

La grève, c'est aussi la galère... pour les sportifs ! Le mouvement entamé jeudi 5 décembre va se prolonger vendredi et ce week-end, jours de matchs pour beaucoup de clubs. Alors comment partir en déplacement lorsque les transports aériens et la SNCF sont fortement perturbés ? Certaine équipes ont pris leur dispositions et c'est à chacun sa technique.

>> DIRECT - Grèves reconduites, perturbations dans les transports... Suivez la mobilisation du 6 décembre contre la réforme des retraites 

Les Brestois arriveront plus tôt

Du côté du Stade Brestois, qui jouera vendredi soir à Lille, on a pris les devants. "On aurait pu partir le vendredi, explique Grégory Lorenzi, le coordinateur sportif, mais sans savoir quand on arriverait sur Lille. Alors on a préféré anticiper pour pouvoir être sur place et préparer au mieux la rencontre."

Même chose pour les basketteuses de l'USBVA, de Villeneuve d'Ascq : pas de TGV pour les nordistes qui jouent ce week-end à Charnay, en Bourgogne. La solution est toute simple : deux minibus de neuf places. Et un long voyage : 7-8 heures de route."On va faire le nécessaire pour que le déplacement se passe de la meilleure des manières, indique Maxime Dekeuster, le responsable logistique du club. 

On fera des arrêts un peu plus réguliers de façon à ce que les joueuses puissent se dégourdir les jambes et qu'elles puissent récupérer en arrivant sur place.Maxime Dekeusterà franceinfo

Système D aussi pour les supporters de l'ASM en rugby, en déplacement à Bath en Angleterre. Leur avion a été annulé. "On a décidé de partir en bus, explique Jean-Pierre Jeannot, le président des Arvernes de Lutèce. J’ai appelé le patron vers 21 heures et lui ai dit 'Tu me trouves un bus et on part en Angleterre vendredi'." Des solutions de remplacement que supporters comme joueurs espèrent rares dans l'année.

Grève : les déplacements sportifs perturbés - Reportage de Clément Conte
--'--
--'--

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Chronologie. Comment le gouvernement s'est retrouvé face au "mur du 5 décembre"

• Explication. Cinq questions sur la très discutée "clause du grand-père"

• Analyse. Pourquoi les enseignants se mobilisent-ils massivement ?

• Vrai ou fake. Les régimes spéciaux ne concernent-ils que 3% des actifs ?