Barrages filtrants, blocages... Les transporteurs routiers en grève pour obtenir des meilleurs salaires

Un appel à la grève a été lancé au plan national par les quatre principaux syndicats du secteur. Avec la grève à la SNCF, les conditions de circulation s’annoncent encore un peu plus compliquées.

Des routiers bloquent une autoroute à Labège (Haute-Garonne), le 7 décembre 2019.
Des routiers bloquent une autoroute à Labège (Haute-Garonne), le 7 décembre 2019. (FREDERIC SCHEIBER / HANS LUCAS / AFP)

Ce n'est pas contre la réforme des retraites mais pour obtenir de meilleurs salaires que les transporteurs routiers sont appelés à faire en grève depuis dimanche 15 décembre au soir. Les quatre syndicats du secteur (CFDT, FO, CFTC et CGC) organisent des barrages filtrants et des blocages économiques aux abords des centres commerciaux ou des dépôts pétroliers dans plusieurs régions de France.

Le marché de gros de Lyon-Corbas (Rhône) est par exemple bloqué depuis 4h30, lundi, a appris franceinfo auprès du PC Sécurité du marché et de la préfecture d'Auvergne Rhône-Alpes. Une quarantaine de manifestants ont investi les deux ronds-points d'accès au marché avec l'autoroute A46. Ils ont prévu de rester jusqu'en début d'après-midi. 

Dans le Morbihan, des transporteurs routiers bloquent la zone industrielle du Prat, à la sortie est de Vannes, selon France Bleu Armorique. Une délégation bretonne est partie dans la nuit rejoindre Paris, soutenir les organisations patronales qui seront reçues par le gouvernement en fin de matinée. 

"A l'heure où la profession est au plus mal avec une pénurie de 50 000 salariés (...), où le dialogue social peine à s'installer dans les entreprises", et face à "des conditions de travail qui mènent à la recrudescence des arrêts maladie" pour des "des salaires qui peinent à être revalorisés", la CFDT Route appelle à la grève. Elle réclame notamment "la mise en place d'un 13e mois conventionnel, de vraies revalorisations des grilles salariales, une amélioration des conditions de travail".