Whirlpool : l'offre de reprise la plus prometteuse propose de reprendre 200 des 286 salariés

L'industriel abbevillois Nicolas Decayeux propose, dans son offre de reprise, de garder 200 des 286 salariés du site de Whirlpool d'Amiens. Il envisage d'y faire fabriquer des boîtes aux lettres connectées.

L\'usine Whirlpool d\'Amiens lors d\'une manifestation de ses employés, le 25 avril 2017.
L'usine Whirlpool d'Amiens lors d'une manifestation de ses employés, le 25 avril 2017. (DENIS CHARLET / AFP)

Une offre de reprise de Whirlpool à Amiens propose de garder 200 des 286 salariés du site, selon les informations de France Bleu Picardie, ce qui en fait l'offre la plus prometteuse sur la quinzaine de dossiers déposés.

Cette offre de reprise a été présentée en fin de semaine dernière par l'industriel abbevillois Nicolas Decayeux, président du Medef de la Somme et co-gérant de la société Decayeux SAS, spécialisée dans la fabrication de boîtes aux lettres. L'entrepreneur envisage de faire fabriquer, sur le site de Whirlpool, des boîtes aux lettres connectées, qui avertiraient les particuliers par mail lors de la réception d'un colis.

Leader européen de la boîte aux lettres

Decayeux SAS c'est une entreprise familiale installée à  Feuquières-en-Vimeu, dans l'ouest de la Somme, depuis 1872. La société possède deux sites de production dans la Somme, à Feuquières et à Abbeville, deux sites en Allemagne, un en Pologne, et plusieurs filiales en Europe. Le groupe compte 650 salariés et est considéré comme le leader européen de la boîte aux lettres. L'entreprise fabrique également des portes blindées, des coffres forts et de la serrurerie. Il y a cinq ans, elle a relocalisé sa production marocaine de coffres-forts dans la Somme.

Une quinzaine d'autres repreneurs se sont manifestés

L'un des trois frères co-gérants de Decayeux SAS, Stéphane Decayeux, est candidat Les Républicains aux élections législatives dans la 1ère circonscription de la Somme, toute proche du site de Whirlpool. Le fabricant américain d'électroménager Whirlpool a annoncé, en janvier dernier, la délocalisation de sa production de sèche-linge en Pologne, et la fermeture de l'usine d'Amiens pour juin 2018. Une quinzaine d'autres repreneurs se seraient manifestés auprès de l'Américain, dont plusieurs pourraient cohabiter sur le site d'Amiens.