Vidéo Covid-19 : "Le gouvernement a été formidable" sur les aides aux entreprises, estime Maurice Lévy

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le président du conseil de surveillance de Publicis Groupe regrette tout de même "quelques largesses qui n'étaient pas absolument indispensables" envers des entreprises qui se portent bien.

"Je pense que le gouvernement a été formidable sur l'ouverture des caisses et la possibilité d'aider quasiment tous les secteurs" économiques durant la crise du Covid-19, a déclaré mercredi 17 février sur franceinfo Maurice Lévy, président du conseil de surveillance de Publicis Groupe. Mais il estime également "qu'il y a eu quelques largesses qui n'étaient pas absolument indispensables" envers des entreprises qui se portent bien.

"Le gouvernement a fait des choses formidables, peut-être excessives, mais formidables de soutien, que ce soit vis-à-vis de l'emploi, vis-à-vis des salariés, vis-à-vis des petites entreprises et même des plus grosses", souligne d'abord Maurice Lévy. Il estime ces aides justifiées pour "des entreprises qui sont dans un état désespéré, les compagnies aériennes, l'hôtellerie-restauration etc. Il faut véritablement mettre les moyens". En revanche il constate que "des tas d'entreprises se portent plutôt bien, font de très bon parcours. Il n'est pas utile de les soutenir ou de les aider", estime l'homme d'affaires.

Publicis n'a pas souhaité recevoir d'aides de l'Etat

Maurice Lévy donne l'exemple de Publicis, l'entreprise dont il a été le PDG avant d'en présider le conseil de surveillance. "Nous avions droit à un PGE [prêt garanti par l'Etat], nous avions droit au chômage. Nous avons mis plus de 1 000 personnes pendant un certain temps au chômage partiel et nous n'avons pas demandé l'aide de l'Etat", raconte-t-il. Publicis n'a "pas souhaité que l'Etat nous aide parce que nous pensions que l'entreprise avait les moyens de payer les salariés même s'ils ne faisaient rien". Beaucoup d'entreprises sont dans cette situation, d'après lui.

Maurice Lévy estime "que l'effort doit être collectif et qu'on ne doit pas se reporter complètement sur l'Etat et que l'Etat n'a pas besoin de tout faire. C'est un point de vue personnel", précise-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.