Appel du gouvernement au "patriotisme économique" de Stellantis : "Encore faut-il qu'on arrive à rendre les véhicules abordables", répond le PDG Carlos Tavares

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a invité le 5 juillet le groupe automobile français à rapatrier la production de sa (Peugeot) e-208, aujourd'hui construite en Slovaquie, sur le sol national.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Carlos Tavares, le PDG de Stellantis, gagne 1 139 fois plus qu'un salarié moyen de son entreprise. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Carlos Tavares, PDG de Stellantis, estime ce mercredi matin sur France Inter que le "patriotisme économique" auquel l'incite le ministre de l'Économie pour la production des véhicules électriques "ne va pas dans le sens de protéger la dimension abordable de cette offre". Bruno Le Maire a notamment invité il y a trois semaines le groupe automobile français à rapatrier la production de sa (Peugeot) e-208, aujourd'hui construite en Slovaquie, sur le sol national.

"Si nous voulons des véhicules électriques abordables et si nous voulons que cette offre soit pérenne sur le marché pour soutenir la liberté de mouvement de nos citoyens, encore faut-il qu'on arrive à rendre ces véhicules abordables et rentables", estime Carlos Tavares, qui salue néanmoins un "dialogue profond, respectueux et sincère" avec le ministre de l'Économie.

>> Résultats records de Stellantis : "Des progrès spectaculaires sur le marché" en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique Latine, selon son PDG Carlos Tavares

"Notre réponse, c'est douze véhicules électriques fabriqués en France. Notre réponse, c'est une giga factory de fabrication de batteries en France. Notre réponse, c'est une usine de fabrication de moteurs électriques. Notre réponse, c'est une usine de fabrication de transmissions électrifiée et tout cela sur le sol français", énumère Carlos Tavares.

"Ce qui est actuellement en train de se passer dans l'industrie automobile mondiale et européenne est d'une brutalité extrême", estime le PDG de Stellantis, soulignant que les véhicules produits en Chine arrivent "sur le sol européen avec 25 % de coûts de fabrication de moins".

Il est normal que dans un contexte comme celui-là, je cherche à protéger mes employés en leur offrant un modèle d'affaires qui assure la pérennité de l'entreprise, et je cherche à protéger le consommateur français en lui offrant quelque chose qui soit à la fois abordable et pérenne.

Carlos Tavares

franceinfo

Alors que les effectifs du groupe sont passés de 300 000 à 172 000 salariés environ dans le monde lors de la fusion PSA/Fiat-Chrysler, le PDG botte en touche sur d'éventuelles nouvelles suppressions d'emplois à l'avenir en France, renvoyant la balle à l'Union européenne. "Il est très difficile de maintenir une fabrication dans des pays avec des structures de coûts élevés qui sont la conséquence du modèle social que nous avons choisi", estime Carlos Tavares sur France Inter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.