Renault : Emmanuel Macron exige que le conseil d'administration diminue le salaire de Carlos Ghosn

Le ministre de l’Économie menace de légiférer si la rémunération du PDG est maintenue en l'état. Un bras de fer s'engage.

FRANCE 2

Emmanuel Macron s'empare du dossier Renault. Ce mardi 3 mai, le ministre de l’Économie a sommé le conseil d'administration du constructeur de se réunir à nouveau pour baisser le salaire de Carlos Ghosn, qui a gagné 7,251 millions d'euros en 2015. Et si le conseil n'obtempère pas, le ministre menace de faire voter une loi en ce sens.

Le 29 avril, les actionnaires de Renault ont rejeté la rémunération du patron (54% de non). Mais leur vote était seulement consultatif. Dans la foulée, le conseil d'administration a confirmé le salaire.

La direction se défend

L’État, qui détient 19,7% du capital de Renault, peut-il contraindre la direction à revenir sur sa décision ? Non, selon Eric Pihet, professeur à Kedge Business School. "En l'état actuel de la législation, l’État ne peut rien faire. C'est le conseil d'administration qui est souverain", assure-t-il à France 2. Dans un communiqué, la direction de Renault martèle que toutes les règles fixées par le Medef ont été respectées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, ministre de l\'Economie, à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 3 mai 2016.
Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 3 mai 2016. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)