Les entreprises françaises sous pavillon étranger

Alcatel n'est pas un cas isolé, le groupe français est le dernier en date à passer sous contrôle étranger.

France 2

Dans l'industrie, la construction ou même le tourisme, ces derniers mois, plusieurs fleurons français sont passés sous pavillon étranger. Symbole de ces rachats, Alstom et ses activités dans l'énergie.

L'entreprise a été avalée fin 2014 par son concurrent américain, General Electric, au terme d'une bataille acharnée. Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, en avait en effet appelé au patriotisme économique, mais malgré son opposition, l'opération de rachat avait été conclue pour plus de 12 milliards d'euros.

Tous les secteurs concernés

Plus récemment, c'est le cimentier Lafarge qui a perdu ses couleurs tricolores, en fusionnant avec le suisse Holcim. Au final, un groupe leader dans son domaine, avec 130 000 salariés dans le monde entier, mais un siège basé non plus en France, mais en Suisse.

Le conglomérat chinois de Fosun s'est également offert un emblème français en rachetant le célèbre Club Med. Pour ce faire, il a dû signer un chèque de 939 millions d'euros. Le club de vacances part désormais à la juteuse conquête des touristes asiatiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Au siège d\'Alstom, le 7 mai 2014, à Levallois-Perret, en région parisienne, le 7 mai 2014.
Au siège d'Alstom, le 7 mai 2014, à Levallois-Perret, en région parisienne, le 7 mai 2014. ( MAXPPP)