Cet article date de plus de sept ans.

Le PDG de Nokia aurait vendu l'activité téléphone du groupe pour toucher une (grosse) prime

Un quotidien finlandais révèle que le contrat de Stephen Elop prévoyait un bonus en cas de "changement de contrôle". Un pactole de 18,5 millions d'euros qu'il a perçu après la vente, à Microsoft, de l'activité téléphones portables du groupe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le PDG de Nokia, Stephen Elop, le 11 juillet 2013 à New York (Etats-Unis). (TIMOTHY CLARY / AFP)

Passé de Microsoft à Nokia, Steven Elop est régulièrement accusé d'être le cheval de Troie de la compagnie américaine dans le groupe finlandais, comme le raconte Business Insider (en anglais).

Le rachat, début septembre, de la branche téléphone portable du groupe par Microsoft avait déjà apporté de l'eau aux moulins de ses détracteurs. Les révélations, mercredi 25 septembre, du quotidien finlandais Helsingin Sanomat, relayées par ZDNet.fr,  fragilisent un peu plus Steven Elop.

Une prime cachée par Nokia

Selon les documents boursiers consultés par le quotidien, le contrat du PDG de Nokia prévoyait un bonus de 25 millions de dollars (18,5 millions d'euros) en cas de "changement de contrôle", une prime soigneusement cachée par l'entreprise, pourtant interrogée sur le sujet il y a une semaine.

Pour toucher ce pactole, il fallait que l'action de Nokia chute, que sa division mobile change de main et que l'action remonte. Soit exactement le scénario du rachat des téléphones Nokia par Microsoft.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.