La chaleur des usines dans les chauffages de Dunkerque

L'industriel ArcelorMittal réinjecte une partie de la chaleur dégagée lors de la fabrication de l'acier dans le réseau de chauffage de la ville. Reportage sur place.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

ArcelorMittal est la plus grosse aciérie de France, le plus grand haut-fourneau d'Europe et le premier émetteur de gaz à effet de serre du Nord-Pas-de-Calais. Mais le géant de l'acier est aussi un acteur du développement durable : il récupère depuis 30 ans une partie de sa chaleur dite "fatale", celle qui autrefois partait réchauffer l'atmosphère.

40km de canalisation sous la ville

L'opération se déroule lors de la transformation du minerai de fer. Ici, il est chauffé à 1 200°C avant d'être refroidi. La chaleur dégagée est aspirée dans une grande hotte. "On a une température de 400°C. Cet air chaud est acheminé jusqu'aux échangeurs et donc réchauffe l'eau qui se trouve dans les tuyaux de l'échangeur, et ensuite cette eau est acheminée vers la pomperie, qui va ensuite l'amener au réseau urbain de Dunkerque", détaille le manager projet au département fonte ArcelorMittal. Sous la ville, 40km de canalisation envoient l'eau réchauffée vers toute une série de bâtiments.

Le JT
Les autres sujets du JT
Comme ici à Dunkerque (Nord), ArcelorMittal a choisi de fermer ses hauts-fourneaux lorrains de Florange pour concentrer sa production à proximité immédiate de ports maritimes.
Comme ici à Dunkerque (Nord), ArcelorMittal a choisi de fermer ses hauts-fourneaux lorrains de Florange pour concentrer sa production à proximité immédiate de ports maritimes. (MAXPPP)