Cet article date de plus d'un an.

L'absentéisme en entreprise a atteint des records en 2022, selon une étude

Pour la deuxième année de suite, les troubles psychologiques sont la première cause d'arrêt de travail de longue durée, devant les troubles musculo-squelettiques.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'absentéisme en entreprise a atteint des records en 2022, d'après un baromètre publié par Axa, le 22 mai 2023. (MAXPPP)

Une évolution qui n'est pas seulement liée à l'épidémie de Covid-19. L'absentéisme en entreprise a atteint des records en 2022, avec 44% des salariés qui se sont absentés au moins un jour, contre 30% en 2019, selon un baromètre publié par Axa, lundi 22 mai.

Selon l'étude, cette hausse peut s'expliquer par une forte augmentation des arrêts de courte durée, qui "peut potentiellement être liée" aux vagues épidémiques, par exemple avec le variant Omicron en début d'année dernière.

L'assureur note aussi "une tendance haussière" de l'absentéisme, notamment en raison de troubles latents comme des troubles psychologiques ou musculo-squelettiques (TMS). Pour la deuxième année de suite, les troubles psychologiques sont la première cause d'arrêt de travail de longue durée (22,2%, +4 points par rapport à 2019), devant les TMS (21,2%).

Les jeunes particulièrement touchés

La hausse de l'absentéisme a concerné toutes les tranches d'âge, mais les plus jeunes (moins de 30 ans) ont été encore plus touchés : leur taux d'absentéisme a progressé de plus de 50% entre 2019 et 2022. A titre de comparaison, la progression a été de 34,3% chez les 45-50 ans.

Tous les secteurs sont concernés. Le commerce principalement alimentaire affiche le plus fort taux d'absentéisme, à 6,8% contre 4,5% de manière globale. Axa évalue le coût direct de l'absentéisme à 4,4% de la masse salariale en 2022, contre 3,4% en 2019.

Pour 2023, l'étude prédit "une légère baisse" de l'absentéisme, mais sans retour à la situation pré-Covid, avec des indicateurs "à des niveaux bien supérieurs à ceux de 2019"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.