Carlos Ghosn arrêté par la justice japonaise pour avoir dissimulé des revenus au fisc, l'action de Renault dévisse

D'après Nissan, le PDG du groupe automobile a "pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel".

Le PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi Carlos Ghosn lors d\'une interview à Yokohama (Japon), le 13 mai 2016. 
Le PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi Carlos Ghosn lors d'une interview à Yokohama (Japon), le 13 mai 2016.  (MIHO IKEYA / YOMIURI / AFP)

L'action de Renault a perdu plus de 10%, lundi 19 novembre, après la révélation par les médias japonais des ennuis judiciaires de Carlos Ghosn. Le PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi a été entendu, puis arrêté à Tokyo en raison de soupçons de dissimulation d'une partie de son salaire au fisc, ont rapporté plusieurs médias japonais.

L'information a été confirmée dans la foulée par Nissan, assurant que Carlos Ghosn a "pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel", selon les résultats d'une enquête interne. Le constructeur a par ailleurs annoncé que son conseil d'administration allait proposer jeudi le départ de Carlos Ghosn. Un autre responsable de Nissan, Greg Kelly, est également mis en cause.

De nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l'utilisation de biens de l'entreprise à des fins personnelles.Nissandans un communiqué

Selon l'agence de presse japonaise Jiji, Carlos Ghosn aurait sous-évalué de cinq milliards de yens (38,8 millions d'euros) sa rémunération chez Nissan, qui s'élèverait à 10 milliards de yens (77,6 millions d'euros). Emmanuel Macron a assuré lundi que l'Etat français serait "extrêmement vigilant" concernant "la stabilité" de Renault et l'avenir de son alliance avec Nissan.