VIDEO. Alstom : Valls rappelle que l'entreprise "vit beaucoup grâce à la commande publique"

Le Premier ministre a réagi, mardi, à l'annonce de la fermeture du site de Belfort en marge d'un déplacement à Verdun.

FRANCE TELEVISIONS

"On ne s'emballe pas." Manuel Valls a demandé de la patience sur le dossier Alstom, mardi 13 septembre, alors que 400 emplois sont menacés sur le site de Belfort. Le Premier ministre a souligné, en marge d'un déplacement à Verdun (Meuse), que cette "grande entreprise privé" "vit beaucoup grâce à la commande publique, à l'action de l'Etat, de ses grands opérateurs".

>> Suivez notre direct sur les derniers rebondissements du dossier Alstom

"Je pense, bien sûr, à la SNCF, à la RATP, aux trains régionaux, aux collectivités territoriales. (...) Alstom vit beaucoup grâce à l'exportation, grâce aux marchés que nous obtenons ensemble et sur lesquels le gouvernement et le président de la République se battent, a-t-il poursuivi. Donc, il est hors de question que le site de Belfort ferme."

"Tout sera fait pour que le site de Belfort puisse être pérennisé", a affirmé François Hollande, peu avant, lors d'une conférence de presse à Bucarest (Roumanie). Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, a énuméré cinq pistes susceptibles de remplir le carnet de commandes et de sauver les activités ferroviaires du groupe à Belfort.

Manuel Valls, Premier ministre, lors d\'une visite à Bourg-en-Bresse (Ain), le 5 septembre 2016.
Manuel Valls, Premier ministre, lors d'une visite à Bourg-en-Bresse (Ain), le 5 septembre 2016. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)