Bruxelles approuve sous conditions le rachat de Bombardier Transport par Alstom

Le nouvel ensemble emploie environ 76 000 salariés, pour un chiffre d'affaires de 15,5 milliards d'euros.

Un bâtiment de Bombardier, le 16 juillet 2020 à Hennigsdorf (Allemagne).
Un bâtiment de Bombardier, le 16 juillet 2020 à Hennigsdorf (Allemagne). (PAUL ZINKEN / DPA / AFP)

La Commission européenne a annoncé, vendredi 31 juillet, l'approbation, sous conditions, du rachat du constructeur ferroviaire canadien Bombardier Transport par le Français Alstom, qui doit donner naissance à un géant du rail.

"Grâce à l'ensemble complet de mesures correctives proposé pour résoudre les problèmes de concurrence dans les secteurs des trains à très grande vitesse, des trains de grande ligne et de la signalisation grandes lignes, l'opération a pu être examinée et autorisée rapidement par la Commission", s'est félicitée la vice-présidente de l'exécutif européen, Margrethe Vestager, citée dans un communiqué.

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a aussitôt salué "une bonne nouvelle pour l'industrie ferroviaire européenne, qui doit rester à la pointe de l'innovation". Le nouvel ensemble emploie – avant les cessions concédées pour satisfaire Bruxelles – environ 76 000 salariés, pour un chiffre d'affaires de 15,5 milliards d'euros. Il a l'objectif de concurrencer le chinois CRRC, numéro un mondial du secteur.