Alstom : un plan pour sauver les emplois à Belfort

Le gouvernement discuterait avec General Electric installé juste à côté sur le site de Belfort et qui a déjà repris la branche Énergie d’Alstom. 400 emplois sont menacés avec la fermeture d’Alstom à Belfort.

France 2

Alstom sauvé par General Electric ? Une affaire de voisins à Belfort, où chaque entreprise possède une usine. L’idée serait donc de proposer aux 400 salariés d’Alstom qui le souhaiteraient de passer sous la bannière de General Electric. Une solution qui laisse beaucoup de salariés dubitatifs. Alstom et General Electric, deux entreprises aux destins liés. L’an dernier, l’Américain a déjà racheté la branche énergie d’Alstom avec d’ailleurs l’engagement de créer 1 000 emplois en France. Reprendre le site de Belfort serait donc un premier pas pour tenir cette promesse. Reste à convaincre des syndicats qui sont très partagés.

Des discussions en cours

Cette hypothèse pourrait se doubler avec une commande de six nouvelles rames de trains par la SNCF. Une commande qui donnerait quelques mois de travail supplémentaires aux salariés d’Alstom. Un temps qui pourrait permettre d’élaborer le scénario de reprise par General Electric. Du côté d’Alstom comme du gouvernement, on confirme des discussions. Des annonces pourraient être faites d’ici une semaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine Alstom de Belfort, le 12 septembre 2016.
L'usine Alstom de Belfort, le 12 septembre 2016. (SEBASTIEN BOZON / AFP)