Plan de sobriété du gouvernement : "C'est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons", fustige le premier vice-président de l'Association des maires de France

L'élu réclame "un bouclier énergétique pour les communes", car "nous sommes devant un mur financier que nous ne serons pas capables de franchir", avec des hausses de la facture énergétique jusqu'à "478%".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
André Laignel, maire d'Issoudun (Indre) et vice-président de l'Association des maires de France (AMF). (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"C'est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons", fustige  mercredi 5 octobre sur franceinfo, André Laignel, maire d'Issoudun et premier vice-président délégué de l’Association des maires de France, alors que le gouvernement dévoilera jeudi son plan de sobriété. Selon les informations de franceinfo, il prévoit de couper l'eau chaude dans les toilettes des administrations, inciter au télétravail ou encore baisser le chauffage à 18° dans les bâtiments administratifs alors qu'il est déjà théoriquement limité à 19. Ces mesures ne sont "pas suffisantes", pour André Laignel.

franceinfo : Pensez-vous que ces mesures annoncées par le gouvernement sont suffisantes ?

André LaignelSuffisantes, certainement pas. Nous sommes toujours preneurs de conseils mais nous n'avons pas attendu ceux du gouvernement dans la plupart des domaines dans lesquels il les profère. C'est dérisoire par rapport à la situation dans laquelle nous nous trouvons. Le gouvernement parle de 10% d'économie mais tous les contrats que nous sommes en train de passer pour les énergies sont entre 200 et 500% d'augmentation.

Vous auriez préféré des mécanismes pour réduire les coûts plutôt que des conseils d'économie ?

Évidemment et ça fait des mois et des mois que nous faisons des propositions au gouvernement. Nous sommes devant un mur financier que nous ne serons pas capables de franchir. Il y a des centaines de communes qui ne seront pas en capacité de faire face aux nouveaux tarifs qui nous sont proposés chaque fois que nous sommes obligés de changer de contrat. Ce que nous demandons c'est qu'il y ait un bouclier énergétique comme il en existe un pour les entreprises et les particuliers, les communes n'ont aucun bouclier aujourd'hui. La ville de Mulhouse a passé des appels d'offres et elle doit faire face à des augmentations de 478%, en Bretagne c'est 225% d'augmentation. Nous proposons que l'Etat, les collectivités, les syndicats d'énergie soient réunis d'urgence, à l'initiative du gouvernement.

Baisser la température dans les gymnases, dans les piscines municipales c'est utile ?

On n'a pas attendu ces recommandations pour prendre ces mesures. A Issoudun dans ma ville, c'est le cas depuis de très nombreuses semaines, nous avons prévu au moment du passage à l'heure d'hiver d'éteindre un certain nombre d'éclairages publics. Le catalogue qui est présenté c'est en définitive des suggestions avancées par les maires eux-mêmes. Nous n'avons pas de désaccord avec le gouvernement sur tout cela parce que c'est du bon sens mais ce n'est pas à la hauteur de la situation que nous rencontrons aujourd'hui. Il faut des engagements financiers. Faire de la communication sur un certain nombre de mesures et de mesurettes, ne correspond pas à l'ampleur du sujet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.