PSA : vers un plan de ruptures conventionnelles collectives ?

Les ruptures conventionnelles collectives déjà adoptées par les entreprises. Après la chaine de prêt-à-porter Pimkie, c'est le groupe PSA qui pourrait avoir recours à cette nouvelle disposition de la réforme du Code du travail.

Voir la vidéo

C'est l'une des premières conséquences concrètes des ordonnances travail d'Emmanuel Macron. PSA annonce son intention de supprimer des postes via un plan de ruptures conventionnelles collectives, comme en témoigne une note interne envoyée aux syndicats il y a quelques jours.
La rupture conventionnelle collective est un nouveau dispositif qui permet de rompre un grand nombre de contrats de travail à l'amiable, sans plan social ni plan de départs volontaires. Pour la CGT, cette mesure est inacceptable. "Pour les employeurs, c'est un chèque en blanc, plus besoin de se justifier économiquement, plus besoin de verser des primes aux salariés", dénonce au micro de France 3 Cédric Brun, délégué syndical CGT PSA.

Une procédure allégée

La rupture conventionnelle collective est une sorte de départ volontaire, mais dont la procédure est allégée et sans obligation de reclassement pour les salariés qui s'en vont. Depuis 2013, PSA a déjà supprimé près de 25 000 postes, alors que le chiffre d'affaires est en hausse. Ce plan sera officiellement dévoilé le 9 janvier prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de PSA à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le 2 octobre 2017.
Le siège de PSA à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le 2 octobre 2017. (MAXPPP)