Des places réservées aux candidats issus de milieux modestes dans les concours de la fonction publique, annonce Amélie de Montchalin

Dans une interview au "Monde", la ministre de la transformation et de la fonction publiques s'inquiète de constater que "la haute fonction publique a perdu en diversité sociale".  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Amélie de Montchalin, le 7 juillet 2020, à l'Elysée, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Amélie de Montchalin souhaite introduire de la discrimination positive dans la haute-administration. "Je veux que l’on crée, dans les concours d’entrée aux écoles de service public, des voies d’accès pour les candidats issus des milieux modestes", annonce au journal Le Monde la ministre de la transformation et de la fonction publiques. Elle précise que le dispositif passera par "des places réservées" dans les différentes écoles.

Ce ne seront certainement pas des concours au rabais. Ils seront sélectifs.

Amélie de Montchalin

La ministre souhaite que le dispositif concerne tous les concours de la haute fonction publique : ENA, directeurs d’hôpital, commissaires, magistrats, attachés d’administration... "Et ce, dès 2021, au moins à titre expérimental."

La décision est venue d'un constat du gouvernement. "La haute fonction publique a perdu en diversité sociale et territoriale, assure Amélie de Montchalin. Dans la promo 2019-2020 de l’ENA, 76 % des élèves ont un père exerçant une profession dite "supérieure" ; 1 % d’entre eux ont un père ouvrier – c’était 4 % en 2006. Comment voulez-vous que la haute fonction publique inspire confiance si elle ne ressemble pas à ce qu’est la France ?"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.